Attaque de la Tête de Pont de Montmédy.

Attaque de la T.P.M.

- Voir : "les soldats du béton " 1986, par Gérard Giulano et " la Ferté ne répond plus" , fascicules vendus au P.O de Villy la Ferté.

 - Dés qu ' on parle d' attaque de la Ligne Maginot , tout de suite , on pense à la mort du petit ouvrage de la Croix de Villy , devenu , par l ' Histoire , Villy La Ferté , puis , tout simplement , la Ferté. Puis , il y a eu les attaques contre la Ligne, pour l ' écraser ,alors que la guerre était presque finie, Fermont , l' Enseling, le Bambesh, Schoenenbourg,..(.tous) . Les restes de l ' Armée Française englués dans une dizaine  de millions de réfugiés, errants, " l ' armée des matelas" ( sur la voiture ou la charette!), enfuis de chez eux, poussés par la terreur, les bombes, les mitraillages ...et des agents divers...( voir les " bonnes-soeurs avec des bottes et un poste émetteur-récepteur , que Belmondo transperce au  F.M 24-29 , à moins que ce ne soit Aldo Macione ....."," du film " Week end à Zuidcoote" ) se débattaient pour échapper à la capture. Toutes ces attaques , contre la Ligne et contre l ' armée , c' était pour noyer , écraser, salir  l ' armée " de la nation décadente", armée qui  avait renvoyé chez eux , fin 1918 , les envahisseurs...Pour venger "la race des Seigneurs" ; l ' âme - consciente - en a été un Autrichien ,  pas Aryen du tout , activé par la Reichwehr, et  qui , ensuite , a su " prendre le train en marche"( aidé par les généraux et les marchands de ferrailles)( et par Henry FORD, et bien d' autres....Amen)....

 - Dés le trou fait dans le Sedanais, et le début de " la course à la mer" ( la 2 eme en 26 ans! ) ,il y a l ' attaque râtée de la 71eme I.D entre Tétaigne et Carignan , le 14 Mai, attaque vaine pour franchir la Chiers ( et pour atteindre la Meuse) .Puis, le général Huntzinger , de lui même, " afin de flanquer la Ligne Maginot à l ' Ouest, fait tourner le Corps d' armée basé sur Sedan  ( 6 eme D.I.N.A , exellente division , bien installée, bien approvisionnée , et qui a laissé une grosse partie des ses fourbis dans les bois, récupérés  par les Allemands ! .71 eme D.I. I ere DIC.).; ce qui ouvre encore plus la brêche entre sa II eme Armée et la IX eme Armée Corap . Le 16 Mai ,la 71 eme I.D , général Karl Weisenberger, talonne le corps d' armée français et dépasse Carignan en direction du Sud-Est , vers Villy et le Petit Ouvrage, le dernier à l ' Ouest, la Croix de Villy, tout simplement en empruntant la RN 43,, par Bazeilles , Douzy .... Le général Wiesenberger connait bien les parages : il y a combattu en tant que Hauptmann , Capitaine , en Aout 1914 , à la poursuite de l ' Armée Française , " à la curée ". En effet , "les carottes" avaient de l ' entrain , étaient armés d' un exellent fusil , le Lebel, archi précis, mais au chargement dépassé,; et de plus , les " pantalons rouges" avaient une tactique désuète, déplorable et tragique : ils  avançeaient en Belgique " en rangs serrés, l ' arme à l ' épaule, sans flanc-garde" :...A Rossignol-les Bulles -, Saint Vincent , ce 22 Aout 1914, le CAC et ses Coloniaux,( habillés de bleu marine !), corps d' armée colonial , "des durs à cuire",  s' étaient engouffrés dans une nasse immense, avec un général - Raffenel- , "trés léger" et trop confiant :- résultat : 2500 tués coloniaux,  et 36 canons de 75 mm idem , en une matinée ( marche en avant comme sous sous la Révolution , l ' Empire, et les conquêtes coloniales; l ' ennui , c' est que les armes ne sont plus les mêmes  . Et les bonhommes , en face, et leurs cadres, ne sont pas du tout pareils.... ).. Donc , Weisenberger connait bien le coin ; a-t-il eu l ' ordre d' attaquer le petit P.O ?  Pas sûr, ou peut-être , plan établi , voir plus loin , témoignage ) tant le GQG allemand était occupé , et certainement trés pré-occupé par tous ses chars qui fonçeaient vers la Manche ! . Car ce GQG allemand pouvait être trés préoccupé , car ce G.Q.G devait se souvenir de: -: " Début septembre 1914, la 1 ere armée impériale , von Klück, méprisant un peu les directives, avait présenté., son flanc droit à Paris , et  65000 Français - race inférieure- s' étaient jetés dans ce dit flanc, aidés par des Anglais,...et avait cassé toute la belle mécanique allemande"....Les Allemands , pour se sauver , avaient reculé " sur la ligne des observatoires , tant ils étaient éreintés, vidés, sans munition , pour se refaire" . A Liesse ( Est de Laon) , "les trois officiers ( allemands) prisonniers pleuraient : "Allemagne, fichue," tant leurs armées avaient reculé , et ne pouvaient se ressouder  , écrit le Lieutenant Chambe , cavalier, dans " Au temps des carabines" . ( Note : au recul allemand , le cité Lieutenant Chambe, qui deviendra aviateur , général..était tout seul avec son peloton d' une soixantaine de dragons "dans un trou de 20 km entre deux armées allemandes qui retraitaient !" et plus de cavaliers ou de cavalerie Sordet  ou Conneaux , car les chevaux étaient usés-usés, par la bêtise du haut-commandement !. et rien pour correspondre...) ( "A la Marne , les Français avaient les casiers presque pleins , et les gamelles pleines ; par contre , les Allemands - à cause des Belges qui avaient fait tout péter -ponts, voies ferrées- avaient encore des casiers pleins , mais avaient les gamelles vides !" ..;.et qui marche et lutte , dit :" bouffe - et dort"- ; " pour gagner les batailles , il faut des soldats , des sandales ...et de la farine" César Jules, Commentarii de Bello Gallico....

  . Donc , dans " son coin ", le général Weisenberger "a les mains libres" ; l' OKW  "n ' en a vraimenr rien à faire " d' un général d' infanterie avec sa division d' infanterie dans ses champs et les bois des Ardennes , englobée dans le VII eme  corps d'armée,  , général von Schobert ... ; " il y a bien plus urgent , car les panzers qui filent vers la Manche, ont leurs flancs droit et gauche protégés " par des pelures d' oignon" .( raison pour laquelle la Course à la mer-de 1940- a été stoppée , afin de laisser arriver des troupes de couverture, infanterie et artillerie et surtout les 88 Flak à poster en anti-chars, " souvenirs"-expérience de la Guerre d' Espagne !' Guerre d' Espagne "peu relatée dans les journaux français", à voir la naïveté des Français  ! ) 

  -  A propos des Flak 88 mm postés à Fromy , à l ' abri derrière des maisons, et qui tiraient sur les cloches de guêt de la Ferté , il est écrit , dans une liasse de l' Amicale du 12eme Chasseurs de Sedan , de 1964 , " que les tirs des canons du Chénois avaient gêné ces tirs puis les avaient arrêté".

Donc ,  la 71 eme I.D s' installe défensivement ( précautions !) autour de Carignan  fortifie le Bois Lacatte, tranchées type Ligne Hindenburg- le 15 Mai ,, et , de concert avec von Schobert, à partir du Mont Tilleul, ( butte-témoin, en passant.;..;la colline de la Croix de Villy en est aussi une...)  réfléchit sur des projet d' attaque  sur la Tête de Pont de Montmédy , à savoir son premier ouvrage le plus à l ' Ouest de la Ligne : la Croix de Villy  ; le 16 Mai , la 71 eme I.D progresse, afin d' arriver au contact ; il "s ' installe  défensivement " ; mais ses défenses " de précaution"  ne serviront à rien ; en effet , l ' Armée Française , mis à part le bombardement de Carignan, " afin de mettre les maisons dans les rues" ,( essai de franchissement à Tétaigne) pour gêner , ne fait rien ; aucune offensive ( elle détruit le village de Margny ? plus tard) ; elle est attentiste , passive ; et le lendemain , la 71 eme I.D attaque le village protecteur de Villy puis le petit P.O ; et le surlendemain , elle écrase le petit ouvrage de Villy la Ferté , avec beaucoup de chance(s), pour les Allemands, et trés peu pour les Français, malchance renforcée par de trés mauvaises décisions, une rigueur imbécile et assassine, " un sérieux " de quat'sous", des méthodes dépassées et une trés " mal-vue" , mauvaise appréciation de tout le théatre ( "le théatre allait trop vite , et pas dans les normes" )..

 - Défenses allemandes dans le bois de Lacatte, en " pré-attaque"- route de Pully- Charbeaux  ; elles sont étagées sur plus d' un KM, et elles ont la même structures que celles de 1917-18 , identiques à la Ligne Hindenburg : 1 er rang : un trou pour la M.G, tous les 100 M linéaires, ( la M.G d' abord ! , pour "casser" l ' ennemi ), 30-40 M derrière , des tranchées à traverses simples , pour les fantassins et dans la contre-pente,une petite ligne, hâtive et un " plat "pour le campement ; en arrière ,sur des plats , et à contre-pente, sur 5 à 6 km linéaires , sont distribués 257 canons: du 150mm- le 15cm- et du Mörser de 210mm, le 21 cm ( les deux autres tubes,sont du 88 mm mis à Fromy, derrière des maisons) ( mais juste un peu plus loin , afin d' éviter les coups ! malins ! !) ; un éclat, gros, d' un 210,ou 220, qui a fait long feu, a été trouvé dans les glacis du Chénois...Dur-dur;( pas gardé dans le fort , pour les drôles!) ( Pour ceux qui croient et rèvent la nuit :- le fort du Chénois n ' est pas la caverne d' Ali-Baba: les Allemands ont TOUT raclé , en 42-43; les Allemands , quand ils sont rentrés en guerre , étaient déjà fauchés; fauchés aprés avoir donné du travail à 6 millions d' Allemands-chômeurs, qui avaient élu Adolf...Dés leur arrivée à Bruxelles, ils sont allés piquer les 450 tonnes d' or de la Belgique, pour payer leurs dettes...Et ils ont râté les 4500 tonnes d' or de la France, partis sur le Richelieu , aux USA;; " ya rin, au Chénois; sauf un F.M en tuyau de chauffage de un pouce un quart, avec son chargeur en bois ") ( et également un couvercle - une tape- de gargoussière de 210mm allemand : gardée  " au coin du feu"').... . Mais les fantassins allemands ont creusé pour rien ...Les Français ont l ' ordre de ne pas attaquer , afin de " laisser se pourrir la situation"; rien que de petites contre-attaques ; quelques impacts de 105 mm se dispersent sur un hectare ; il est vrai que les Français ne voient rien : les observatoires de Saint Walfroy sont noyés dans la fumée des fumigènes, et les avions d' observations français ne sont plus dans le ciel , ciel allemand  (  Nota : pour Sedan , la Luftwaffe avait traçé un carré de 50 KM  / 50KM,  , centré sur Sedan , dans lequel tournoyaient  sans cesse une  trentaine de chasseurs , afin de déterminer une zone d' exclusion aérienne ( dans ROGER Pierre," combats aériens dans le sedanais") ; - avec , en plus , sur Sedan-ponts allemands, plus de 300 tubes de Flak ! " qui veut la fin , veut les moyens ! " ;  la grosse Contre.Attaque viendra à Stonne, mais là " il est trop tard"( " quoique !") ; le seul problème , c' est que le haut-commandement- aveugle- n' a rien vu venir; car la guerre est déjà perdue, asymètrique ,les Allemands ne " marchant pas pareils" ( mais , il fallait le savoir, ; mauvais service de renseignement et mauvaises appréciations; mauvais joueurs d' échec; exemple : dans le guide-mémento - rouge !- de l ' Officier d' Infanterie , "le Arendt !"- si bien nommé- , trés bien fait, léger , précis , il y a DEUX PAGES sur les Allemands ! rien que deux ; alors que, en renseignement , et en renseignementS, il y aurait dû avoir autant de pages sur l ' ennemi que de cours, ou bla-blas sur l ' infanterie ; et la topographie!...et LE CHEVAL QUI TIRE LE CANON ANTICHAR DE 25 MM; la voilà , l ' erreur!/ le char roule à 20 km/h, le canon tire vite et bien , mais doit changer de place, places de rechange repèrées avant , et le cheval marche à 6_8 km/h, et il est haut , donc trés visible donc tuable )(" dans un espace , tout ce qui est vu est tué !")   Fautes d' astuces, et manque d' astuce et mobilité d'esprit  d' un côté, et beaucoup d' astuces de l ' autre côté : les Allemands monteront " au fil de fer" leurs petits canons de 37mm , nuls , sur des chenillettes U E piquées .Faible efficacité , mais côté pratique ; des canons de 25mm montés pareillemnt auraient pu avoir un certain impact ; mais ils auraient été handicapés par les manques de radios des Français , et surtout par la Rigueur, la Régle, le KEPI," mettez le képi", comme si le képi faisait le sous-lieutenant !..digression . - C ôté allemand : profusion de postes radios émetteurs-récepteurs , ou simples récepteurs Siemens, Blaupunkt , Saba, Telefunken , etc....et Entrainements constants, postes non " dans la naphtaline"....

A proximité , dans les champs ,les prés, à contre-pente ,t les traces subsistent,, avec les vaches.   Témoignage récent : " mon père coulait des blocs à Saint-Walfroy et il rentrait le soir , à Donchery, avec la camionnette du chantier; il coulait des blocs prés de Margut , pour l ' armée ; à hauteur de Carignan , en y arrivant , nous avons essuyé des coups de fusil, le 9 Mai au soir ! "....Y avait-il des Allemands infiltrés , dé jà le 9 Mai , et dans le Bois Lacatte - qui " voit" la Ferté et la plaine de Linay-Fromy et Saint Walfroy ? en préparation de l ' attaque sur la Ferté ?  pourquoi pas ? Les paras allemands s' entrainaient bien pour la dernière fois pour tomber sur Eben Emael ! et les ponts de Meuse! .Il pouvait y avoir des Allemands planqués dans le bois, cinq ou six , infiltrés ou déposés par Fieseler ? ; et un ou deux n ' ont " pu tenir leurs nerfs" , et ont tiré sur des civils ou sur une camionette qu ' ils ont pu prendre pour militaire ; de toutes façons , ILS tiraient sur tout , " afin d' affoler les civils, et surtout les réfugiés , ce , pour engluer l ' Armée Française, plus tard ( voir le bombardement de Quatre Champs , le 13 Mai 1940 , où il n ' y avait que du civil ...) Et , de toutes façons , " leur guerre" ne s' était pas arrêtée au 11 Novembre 1918 ! ON leur avait arrêté leur guerre ! nuance ! Elle ne se terminera qu ' en paradant à Paris et à Verdun , victorieux ; mais aprés, comme l ' exprime la maxime  " Sieg Verdumbt " ," la victoire abêtit", ILS sont allés trop loin. ( Leur guerre , car ce qu ils voulaient , c ' était effacer le Traité de Verdun de 843 -" c' est pas jeune!"- et récupérer les terres du Saint Empire ! ne nous méprenons pas .....)    .....

.Et , en face , bois de Blanchampagne, anciennes positions françaises abandonnées sur ordre dés le 14 Mai, positions des 71 eme D.I , 1 ere D.I.C, 3 eme DINA , on trouve les fosses-trous individuels des Spathtruppe , les éclaireurs , qui suivaient les Français sur les talons, jalonnant les parcours; dés qu ' il y avait arrêt ;, ils faisaient leurs fosses, et s' enterraient-camouflés , méthode-méthode. " tout de suite".,

   Pentecôte 2015 : A propos de Sedan et de la Flak allemande - méchante- : visite à Donchery de deux Anglais dont un " venait sur les traces de son père , pilote sur le Fairey Battle  No  L 5188 , Sergent WINKLER" , le 14 Mai , et abattu sur Donchery ; tombé en parachute à Pont à Bar , jambe cassée , au bord du canal, prisonnier pendant cinq ans....Le fils-digne fils- le père mort depuis , venait en pélerinage sur les traces de son père ; pris en photo sur l ' emprise du "pont de circonstance" lancé par les Allemands le 14 Mai , sous les remparts de Donchery....( reçus par le Cercle Historique et le Maire de Donchery) -rien à voir avec la L.M mais directement - petite Histoire - la vraie, avec des hommes et des faits " sur place" , in situ , là! qu ' on peut toucher .( " and true English ! " ).Photo prise juste-juste sur l ' emprise du pont " de circonstance" allemand , le second lançé , le premier étant à l' usine l ' Espérance , à Floing.

    °)Deux Anglais dont un sur les traces de son père.p 001254

  Au sujet de l' attaque de la Ferté , voir dans " Témoignages" , le témoignage de Madame GERARD , née en Février 1940 , à Auflance ; son père , Mr WEBER, était soldat à Villy laFerté ; et il a une une permission " de naissance" vers le 14 - 15 Mai  ( naissance de sa fille en Février  1940 ) ; cette permission l' a écarté du petit-ouvrage, et la " mort l'a oublié ";; " c'est ma naissance qui a sauvé la vie de mon père", propos de Mme Gérard, ce qui est vrai totalement...Hasard des temps.

 ..... Dernière nouvelle, du 31 Mai 2015 , " Fête des Mères" : un papier du Secrétariat aux Anciens Combattants, date : 5 Mars 1942, concernant l ' acte de décés du " Lieutenant Bourguignon Maurice , Mort pour la France le 25 Mai 1940 à la Ferté Ardennes, ". Il  nous est tombé dans les mains ( venant du ciel ?)" ,-, ; ce papier - officiel- même s' il est de l ' Etat Français, tord , un peu , le cou à l ' Histoire !....Que s ' est-il donc passé ?  = tout simplement , comme l ' Etat français , la France , étaient s'en-dessus-dessous ( bien que la Poste fonctionne !) on utilisait les états civils des communes comme on pouvait .)

  Wp 1289

     Transcription Littérale : :" Ministère de l ' Intérieur "                -  56 -

Secrétariet Général des Anciens Combattants.

SERVICE CENTRAL de l'Etat-Civil, des successions et Sépultures militaires , 139 rue de Bercy, PARIS 12e.                        ETAT FRANCAIS; Paris le 22 JUIN 1942;

Dossier n o 79.269      EC:2  2 ( à rappeler)  Objet : rappel bordereau.                                             LE SECRETAIRE GENERAL AUX ANCIENS COMBATTANTS.

                                                                                                                                                   à Monsieur le MAIRE de Toure le Thil   MEUSE ( pas de Toure en Meuse ! Thonne.)

                                                                                                                                          A la date du 5 Mars 1942 , je vous ai adressé , pour transcription , l ' acte de décés du

                                                                                                      ( manuscrit)      Lieutenant Bourguignon Maurice" MORT POUR LA FRANCE"  le 25 Mai 1940 à la Ferte (Ardennes)

                                                                                                                                          J' ai l ' honneur de vous prier de vouloir bien me renvoyer d' urgence le bordereau d' envoi du dit                                                                                                                              acte dûment complété par la date de transcription sur vos registres.

                                                                             FAIT LE 26 JUIN 1942                              Pour le Ministre et par son ordre ; pour l ' intendant Général; le service central de l ' Etat                                                                                                                                                     civil , successions et des sépultures militaires. Signature et cachet .                                                                                   

  Le papier est vieux , pauvre, l ' encre , idem, comme ceux de cette époque ; mais , pourquoi le 25 Mai ? Pour Thonne le Thil, peut-être que c' est le seul village encore debout dans les parages , avec des gens et une administration ; logique : on va où il y a quelqu'un , prôche ; mais le 25 Mai ? MYSTERE ; Le Lieutenant Bourguignon aurait survécu quelques temps à l ' axphysie ?, ou a des blessures? , et serait parti une semaine aprés ? pourquoi pas .Le fait est que fin Mai 1940 il était" tué" , et Mort pour la France. Qui l ' a présenté " mort" à l' administration du village ? les Allemands ? Ils ne sont rentrés dans l 'ouvrage que " quinze jours aprés" , soit disant , ce qui fait : 19 Mai + 15 = 2 à 3 Juin ? ! Les Français ? : la dernière patrouille est du 25 Mai 1940? : " Ouvrage fermé à clé , aucun signe de vie " : quelqu'un se serait faufilé sous la tourelle soulevée ?  pour voir à l ' intérieur ?..Le Lieutenant Bourguignon s' était enfermé dans sa chambre pour y mourir, et ce sont les Allemands qui l ' ont découvert , aprés avoir fait sauter toutes les grilles d' entrée  et portes...Ou alors , le commandement français, à la description de la reconnaissance de la patrouille française envoyée sur place - les Allemands sont aux aguêts à quelques mètres ! , une M.G face à chaque grille, en position à une centaine de mètres ! - s' est résolu à constater la mort de l ' équipage du fort . Et  aprés avoir envoyé tout cet équipage à la mort inutilement , en parfaite conscience - tous les gradés avaient fait la guerre de 1914-1918 et étaient au courant des gaz de combat et des gaz d' explosions et de leurs effets-. le commandement a peut-être jugé bon de les faire déclarer " morts pour la France" , par remord...Donc , les Français ( commandement) , se sont rapprochés d' une mairie et de son registre d' état-civil pour faire enregistrer les décés de tous ces gens qu ' ils avaient envoyé à la mort.....-..Bonjour l ' Histoire .....( info de radio-Chénois ! on vient d' installer l ' antenne !).  Nouvelle communiquée par Jean Marie Harmand , du Comité de la Ferté : " les actes de décé ont été enregistrés " comme on pouvait" , car : - UN : les Allemands étaient là , et gênants , et DEUX : en plus , les Ardennes étaient en Zone Rouge , c' est à dire en quasi terres colonisées , et occupées , et donc ,l ' administration " faisait ce qu ' elle pouvait" ; d' où , transcription d' un décés deux ans aprés..."  CQFD;( J.M Harmand recherche toutes les docs possibles sur le déroulement du drame de Villy-la Ferté ...).

 

 

    Trou M.G, un tous les 100 mètres                                                          LIGNE 71eme I.D

  - Mais que c ' est -t-il passé pour les autres ouvrages de la Tête de Pont de Montmédy , aprés le 19 Mai 1940?

 - Comment a réagi  le commandement et comment ont réagi les ouvrages , entre le 19 Mai 1940 , fin de la Ferté , et le 12-13 juin , évacuation aprés sabordage des ouvrages et casemates?

 Tout d' abord , on a dû faire ressortir tous les non-dits , interdits, mais tout le monde avait remarqué ,  les tares du monstre dans lesquels ils servaient : - aveugle , - sourd et immobile et surtout , sans infanterie propre ( voir son contraire , type parfait de polyorcétique : la forteresse de Salses, Pyrenées Orientales )  . Ensuite , on a dû ressortir certains côtés non-pratiques des systèmes téléphone et radio , trop hierarchisé , trop sous la surveillance de la hierarchie ( système de l ' Armée Française, hélas, encore en vigueur en 1964-66....). De jour , mis à part la vue périscopique - qui fatigue-, un observateur dans une cloche de guêt ne voit RIEN, mis à part un tout petit champ rectangulaire dans le petit visuel  ( note au bas); et on ne peut ouvrir la meurtrière, obturée par la boule-rotule ; quant à mettre une sentinelle dehors...? c ' est la négation de la forteresse . C' est hélas ce que l ' on fera la nuit , car la nuit , on ne voit pas , ou trés peu ; la nuit on voit avec ses oreilles ; or , dans une cloche , on n' entend rien ( accentué par le vacarme inhérent à un fort , espace clôs : ventilateurs, moteurs,, bruits divers ) ; donc, aprés la chute de la Ferté, on en tire des enseignements , et on met des gens la nuit dehors , sortant du fort , et installés en sentinelles , dans des trous individuels, ou une petite tranchée, comme au B I du Chénois ,: les soldats de guêt sortaient par l ' issue de secours, grimpaient du fossé par une échelle à demeure, se faufilaient dans des trous individuels, et guettaient , hors du béton ; certains écartaient des patrouilles allemandes au fusil ( nombreux étuis tirés , sur les superstructures)( 50-08 ou 29 C) ; mais ils ne faisaient pas de patrouilles : interdites par le système; les patrouilles étaient du ressort des troupes d' intervalle , " qui n ' en avait rien à faire", ",n ' étant pas chez eux"...Ailleurs, P.O , G.O et casemates, on s' installe  dehors la nuit également; mais les casematiers font des sorties ( l' architecture le leur permet , la porte étant " derrière") . Les Allemands sont au contact direct ; cachés, jusqu ' à 100 mètres des réseaux. Au Chénois, les Allemands stationnent à Herbeuval , non inquiètés !;, un mortier - apparemment de 81 mm- et une M.G sont à 400 mètres du B 3 , " sous le nez" du B 1. Le système de guetteur extérieur - hérésie dans le système Maginot- permet de déceler les approches ; exemple ,, une nuit de début Juin, une approche ennemie est décelèe devant la casemate de Thonne , le guetteur ayant entendu , la nuit , le clac-clac des pinces coupantes ; sans affolement , son double va prévenir le chef de bloc, qui avise le secteur  par le téléphone ;, donc , entente, - par les téléphones , trés performants- rapide plan d' intervention et, simultanément : projecteurs allumés, et rafales de F.M sur les zones de bruits : résultat : huit cadavres Feldgrau accrochés aux fils barbelés, et des Bengalores et des " valises" abandonnés sont retrouvés le matin ( et Allemands tout de suite enterrés au cimetière de Thonne le Thil )( les " valises" d' explosifs étaient une ré-édition de la Ferté, afin de faire sauter les rotules des cloches GFM ) .Le système téléphones-appuis feux était efficace, mais la surveillance était anachronique , "le guetteur extérieur  n ' était pas prévu".et faisant mentir la doctrine " du béton" ( " çà , c' est affreux ! les képis en tremble, et le falsa aussi !). Nota-valises, en bas.

Le Chénois a été copieusement arrosé par les canons installés entre Carignan et Orval ( dans les bois),; au B3, un canon de 150mm s' est essayé sur un flanc nord de la casemate : béton creusé sur une trentaine de Cm , par trois coups au but ( il reste pas mal de ferrailles sur le site, ainsi qu ' aux pieds de Moiry, Sainte Marie et Sapogne- ;et des fouilleurs y vont ...,( encore vivants ; mais jusqu 'à quand ?....).Les deux petits blocs F.M ou mitrailleuses entre le B 3 et Sapogne ( là où subsistent des "raies" buttes) ont le sol  constellé de ferailles ; idem devant Sapogne et Saintes Marie et à Thonnelle ; les casemates d' Ecouviez et le G.O de Vélosnes ont été un peu épargné , car les patrouilles étaient gênées par la zone d' eaux de la Chiers, bloquée à Saint Antoine. ( " Eaux " , pour empêcher , freiner ;, Vauban les a utilisées ; Moîse aussi , en traversant " là où il y en avait peu", avec son peuple, alors que Pharaon est allé se noyer un peu loin ( peut-être en coupant au court ?) ; les Allemands , sur " leurs" cartes renseignées - ce sont des cartes Armée , pompées, de 1936-, et ré-écrites par la Wehrmacht :avec la mention " UBERSCHWEMMUNGSQ".., ce qui veut dire : "ne pas y aller , c' est plein de flotte !":; on trouve çà dés l ' Ennemane- Est Sedan jusqu ' à Saint-Walfroy-Villy la Ferté ,= zones d' eaux , puis de Saint Antoine , vers Charency Veysin , puis en Sarre-Puttelange etc; et également à Zuidcoote-Hodschoote-Steenvorde....( l' Ennemane : c ' est la limite Est du plan d' intervention des trois PZDiv qui ont attaqué à Sedan).

 Note / périscopes: un périscope , c' est " rigolo" , çà fait sous-marin. Les Allemands en avaient partout en 14-18 dés la fixation des lignes ,; et presque toujours deux par deux ; exemples : à Vauquois-Ost, il y a un bloc avec deux périscopes, trous de env. 18 cm, car à deux , on voit mieux, et un guetteur peut se reposer un peu , à Navarin , il n ' y en a qu 'un , mais un autre poste se trouve plus loin ; il est vrai que les Allemands sont rentrés en guerre avec : - une chimie forte , - une sidérurgie forte , - une industrie optique forte ( Zeiss )....( mais peu d' or , et ne "tenant pas la mer !" donc , peu d' espoir d' avoir l ' hégémonie....)

 - Pour une description trés précise de l ' attaque de Villy-la Ferté , voir le livre datant de 1986 de Gérard Giulano "les soldats du béton" ; de plus , il y parle , avec chiffres exacts, des problèmes liés à la construction des puits des blocs du Chesnois , investis par des eaux importantes lors des forages des puits d' escaliers ( " que n' avaient t-ils pas fait de forages d' études ?.....);Nous , nous connaissons " le ventre de la bête" ," inside et in situ "( comme disaient Georges Clooney et Jules César!) depuis 1972 , au temps où il n ' y avait que des soldats de Montmédy dans le fort , et pas de chauves-souris, et encore beaucoup de fourbis....Les parois des puits et des galeries , bien que saines , étaient déjà "rouillées" de traces d' oxydes et d' eaux d ' infiltrations.

- Valises d' explosifs allemandes : en fait , il s' agit de " valisettes" , de la taille d' un gros dictionnaire muni d' une poignée et au centre , le trou pour le détonateur et la mèche de retard( "il vaut mieux !") , au bour de la mèche, d' une certaine longueur, on vissait un allumeur, gros comme un petite cigare; on pouvait placer çà au bout d' une perche , et le plaquer contre le créneau ; la valisette a d' ailleurs la taille exacte des créneaux des cloches types A; elle devait contenir troix kgs d' explosif. Deux valisettes sont présentes et exposées à la vitrine du hall d' acceuil du P.O voisin ,fort  Infanterie, de Villy la Ferté. Pour ceux qui n ' utilisent qu ' internet , et qui sont nés avec , un dictionnaire , un dico, c ' est un gros livre - ou bouquin-(book en anglais), avec plein d,e feuilles, et plein de mots et leurs explications ; et comme dit Larousse ( "c 'est pas une fille !") : " un dictionnaire sans exemple est un squelette" . Le dictionnaire était le livre que l ' on épluchait "le soir , à la chandelle" ( Ronsard !) ou à la lumière de la lampe à pétrole-suspension, en 1950 " parceque yavait pas l ' éléticité partout!", digression; afin de s ' instruire un peu et de découvrir......Pour les latinistes le dico courant est le Gaffiot , de la taille d' une valisette...Mais il n ' y aura plus de Gaffiot , le latin étant " décadent , désuet", et à supprimer...Quant à moi , j ' ai fait de l ' arabe littéraire : " fil finaï' il madrasati "; amen.   Valisette d' explosif , vitrine de Villy la Ferté :echelle :casque.

  Wp 002057

 A propos d' explosifs et de " sympathie" , et d' explosion du dépôt d' obus de mortier de cloche, entreposés au pied du GFM de B 2-Villy la Ferté -  GFM par lequel la ruine , l ' incendie et la mort de tout le bloc B 2 , puis de tout l ' ouvrage sont arrivées :-  voir "le massacre des fosses Adréatines" , à Rome , pendant l ' occupation allemande en 1944 ;  des résistants-communistes Italiens font un attentat sur une colonne de soldats Allemands revenant du tir , ou de l ' instruction , à pied , dans Rome ; ces résistants ont placé 18 kg d' explosifs et ferrailles dans une poubelle, dans une artère , sur le chemin de la colonne allemande ; ils font péter ces explosifs, qui tuent un certain nombre de soldats; et en même temps, des grenades- à manche comme il se doit, et portées enfilées dans le ceinturon, explosent par sympathie ( facile à diagnostiquer : les Allemands frappés par des éclats de ferraille sont "troués" , et ceux dont les grenades ont explosé par sympathie sont " ouverts") ; il y a eu une trentaine de tués; en répression , les Allemands massacrent quelques 335 otages aux fosses Adréatines...

;;;;;; A Propos du C.A.C, Corps d' Armée Colonial, " embusqué"-tiré-assassiné à Rossignol-les Bulles-Saint Vincent-Habay , ce 22 Aout 1914 ( par la bêtise de la doctrine !): ce corps , ou du moins , les restes , a été poursuivi par la V eme armée allemande, a passé la frontiére, puis la Chiers, s' est retranché ( deux compagnies) dans Olisy sur Chiers, pendant qu ' un régiment colonial s' installait en défensive à la Ferme d' Heurtebise, et sur les hauts ( côte 311, funeste au P.O de Villy la Ferté ! " on change d' époque ,mais les lieux ne changent pas ! ) ;les deux compagnies de coloniaux resistent dans Olizy ; le régiment de Breslau attaque , et devant la résistance des Coloniaux , incendient le village, sort dix sept habitants, et fusillent ces malheureux; puis son colonel fait mettre en joue le reste des habitants....Massacre-martyre méconnu; c ' était la même unité qui venait de bruler le village de Margny , fusillé-brulé une quarantaine de villageois aprés qu ' un officier de Uhlands ait été tué par un douanier français d' un coup de fusil. à Fagny ( cinq km plus loin, frontière belge Limes-Fagny)...douanier qui défendait sa frontière....; " braves Prussiens ".( puis ce régiment de Breslau passe la Meuse à Martincourt , bataille de Cesse et Lucey..., et n ' est arrêté que sur la Marne ) .....( suite " plus tard" ,"Durch nach die Maas"....).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×