descriptif B 5.

    ACCES INTERNE INTERDIT POUR CAUSE DE CHAUVES SOURIS ( et : pas d' accés extérieur ) 

    Petit rappel ( insidieux) : la tourelle du  B 5 a trop tiré les 17 et 18 Mai 1940 ; un tube de 75 mm a éclaté, trop malmené ; deux canonniers ont été tués; ils sont partis " à la fosse commune de l' Histoire"; leurs camarades tués de Villy la Ferté ont plus " de chance ": ils ont leur nom sur des croix, ainsi que sur un grand monument; et chaque année , nous les honorons......Eux , rien ; oubliés!

Le Bloc B 5 est l’unique bloc d’artillerie du Chénois ; un autre bloc était prévu : le B 6, qui devait être équipé d’une tourelle très moderne,  tourelle modèle 1933, comportant deux canons longs, de 75mm, portée max 13.000 mètres, semi-automatiques. Mais les crédits ont fait défaut, et il ne reste de ce projet, greffées sur la galerie menant au B 1, qu’une petite gare et une amorce de galerie s’enfonçant dans rien sur quelques mètres......Voir plus bas : tourelle modèle 1933 de Mont Agaisen-SFAM.....

     -  La limite administrative - quasi frontière - Ardennes et Meuse , donc régions Champagne- Ardennes et Lorraine passe "pile- poil" sur la carapace de béton du bloc B 5; à voir sur Google Maps. Le fort se trouve donc " aux jonctions" , terme presque péjoratif , et qui implique beaucoup de choses détestables : par exemple : le 19 eme PZ Korps , le 12 Mai 1940 , s ' est présenté au soir du 12 Mai , devant Sedan , qu ' il a attaqué le 13 Mai , à la jonction de la Ligne Maginot -non terminée- , avec les troupes de campagne implantées dans des petits blockhaus entre Carignan et la Mer du Nord  " la ligne Camelote", comme ironisaient certains ( 4000 blockhaus , quand même ) ( les jonctions sont.toujours mal desservies, ou mal surveillées, ou mal , tout simplement....).

 

     Le bloc B 5 ( PRIVE , PARC à MOUTONS ) est visible de la petite route I C 6 menant à  Herbeuval , au Nord, donc à la Belgique , à 4 km ( et Orval !)  à partir du calvaire ; il est composé d’un bloc –casemate, dépassant à peine du sol, le dit sol étant constitué de pierrailles-déblais installées en cône trés aplati, de quelque cinq mètres de haut par rapport au sol originel par accumulation des déblais de pierres extraites lors des percements des puits et galeries; à titre d'exemple, la galerie principale et ses annexes  ont induit 27.000 m 3 de débris( à vue de nez), terres et roches ; certes, les pierres calcaires ont été re-façonnées et utilisées en moellons, pour garnir les sols, murs et voutes des galeries; mais , au départ , pour arriver à une galerie - petite- , de 2,20mètres de haut sur 1,60 mètre de large, il faut gratter sur plus de 10,50 m2 de section .

  La surface dégagée de la casemate comporte  une cloche GFM, obturée, de deux champignons de prises d’air pour l’alimentation  et l’échappement du moteur de secours et des  4 filtres à air . Par un champignon d'acier , sort, puis passant dans une buse, le câble électrique qui alimentait le radar allemand et son bâtiment, 150 mètres plus au Sud, en plein bois  1940- 1944 ; un grand trou  net et assez propre de 5,5 mètres  au centre, comblé de broussailles et terre (depuis janvier 1982 ) figure l’emplacement de la tourelle d’artillerie 1905 à deux canons de 75mm, courts, modèle 1932.  Actuellement occupé par une mangeoire à foin pour les ovins.

 Sa surface, décapée ( terre dans puits de tourelle), est très visible sur Google Maps, et sert  donc de repère à la limite départementale et de régions .

  Comme le bloc B2 , qui n'a pas de façade, le bloc B5 n'a pas de local radio, et pas de radio, à l'encontre de B1, B4 , B 3 et B 7;( pylones d'antenne de façade assiduiement férraillées). salle de neutralisation  raccordée aux deux champignons d' acier , à quatre filtres à air gazé.

                                                                         B5;herbe remplace la tourelle 2.75

 

  Cette tourelle 1905, installée là vers 1937, provenait des stocks non allotis du parc de Verdun ; elle est comme celle de l’ouvrage de Froideterre, ou comme celle du fort de Vaux (qui a sauté toute seule après avoir été minée avec 850 kg de pétards, en vue d’un repli) (a pété "par sympathie", comme on dit dans l'Armée, lors d'un orage violent ou d'un impact) ou comme celles de Vacherauville ou Bois-Bourru ou Villers, ou Uxegney, etc….Elle est issue d'un marché avec le groupe Chatillon- Commentry. ( numéro et plus : voir site " Fortif.séré", de Vaubourg C et Julie)

 ( Apparemment , d' aprés le service historique de Vincennes, archives-cuirassements  2 V 2996302...:  il s ' agirait " de la tourelle no 69 , achévement décidé en 1929 ,Forges et Acieries de la Marine et d' Homécourt ,le 28 Mai 1913 "; cette tourelle a été re-travaillée pour des canons modèle1932 R ).Devait être installée à Toul avant 1914...

  Son fonctionnement est «  à bras », lampes à pétrole aux parois (à l’origine), noria  de montée des cartouches «  à bras »et électrique. Equipage :11 hommes, dont cinq dans la tourelle, affectés aux deux tubes de 75mm de  portée  maximum 8200 mètres, sans possibilité de tir en tir direct par le chef de tourelle (il a peu de commandes). Comme toutes les tourelles à effacement, la tourelle peut descendre ou monter en batterie en trois-quatre -cinq secondes grâce à son système de balancier et contrepoids manœuvré par deux gaillards. (plus amples renseignements et photos, voir site ad-hoc et extra:"fortiff séré").   ( ou bien un seul gaillard , comme montré sur un clip dans Fortiff-Séré ) poids tourelle-voussoirs-armes-méca :135 tonnes, plus circulaire, guides ( explosés-brisés au B 5-Chénois, mais trés visibles,en trés bon état à Vélosnes, à travers la grille en IPN soudée sur le plan des voussoirs,installée par les Natures, pour protéger des chutes et/ou intrusions: espaces à chauves-souris protégées !)). La même tourelle , mais en armes-mixte, se trouve au P.O de Thonnelle,bloc B 4-casemate, en contrebas de la Croix Relevée , encore territoire de Montmédy ;le bloc B 4 , lui, se trouve sur le territoire d' Avioth et sur LES TERRES de quelqu'un  ( " aïe-aïe-aïe".....!...) ( qui peut-être , n' aime pas l ' Histoire)...

 

  Cette tourelle B 5 a tiré plus de 4000 coups pour épauler le  petit ouvrage de la Croix de Villy (dénommé maintenant Fort de Villy –la Ferté) ; mais le site était à limite de portée, et l’épouillage des trois hectares de surface du  P.O, plus ses glacis, plus les fumigènes allemands, était une tache bien trop grande pour une si faible tourelle ; deux canonniers périrent  par l’éclatement d’un tube, trop sollicité. ( deux cannoniers " sans nom" , et sans plaque ! .....) ( qui sont- ils , ces deux pauvres gars, partis dans l ' anonymat ! même pas de plaque: rien ..)

   Dans la nuit du 12 au 13 Juin 1940, l’ordre d’évacuation de la Tête de Pont de Montmédy et des casemates arrive et  le sabordage du fort s’actionne ; la flèche du contrepoids est « torchée » et les tubes-culasses soudés par une grenade au phosphore. ' mais la tourelle continue à tirer, pour couvrir l ' évacuation du fort...;puis, le fort étant vide , les canons sont détruits, flêche torchée, et obus noyés)  Les Allemands, occupants, font ferrailler  ( petitement !) l’intérieur, gardant ce qui les intéresse : GFM , tourelle,  rampes,   moteur diesel de 16 CV-groupe électrogène alimentant le radar Wurzbourg, dans le bois du dessus. Ils récupèrent la coiffe de la tourelle pour équiper le Mur de l ' Atlantique ( où ? ) et les obus dans leurs casiers une fois le fort vidé de son eau !  A leur retraite fin Septembre 1944, ils minent la couronne des voussoirs de la tourelle (35 à 40 cm d’acier) et la font  sauter, comme celle du Bloc B1 Armes-Mixte (mais à  B1, ils ont mis un peu trop de « gomme » faisant ainsi éclater ou fissurer la toiture du  bloc, qui n’a par endroits, « que » quatre mètres d’épaisseur).(  A Vélosnes: la tourelle modéle 1933 n'a qu'un trou,certes grand, dans le manteau des voussoirs, et celle d'armes-mixte n'a que peu de dégats: manteau peu affecté, et coiffe-tourelle projetée-propre à quelques métres de là)   - La coiffe de tourelle, modèle 1905 C,  sans ses canons, pétardés ou soudés dans la nuit de l'évacuation -retraite de Juin 1940 , a été enlevée par les Allemands, vers 1941 ( de la même façon que celle de Vélosnes, avec ses deux canons de 75 mm modèle 1933 , détruits-sabotés) 

 Le bloc- tourelle etait directement lié par téléphone - via le P.C de tir - quand même , à la cloche de vision VDP du bloc B 2 du Petit-Ouvrage de Villy-la-Ferté ( " Adjudant Sally ? ") ; ce, bien que la portée des tubes montés ne soit que de 8200 mètres,; mais cette cloche VDP était là  tant pour la tourelle du B 6 , portée 12500 mètres- 13000 mètres...que pour servir d' observatoire ( trés) cuirassé et ( trés) relié téléphoniquement aux unités arrières, et à l ' artillerie de campagne , via le système -central téléphone-cables enterrés-boites de coupures. et P.C de campagne..( apparemment , pour le malheureux P.O, rien n' a joué pour eux , tant l' artillerie arrière, que les troupes, et surtout le haut commandement , le général Falvy ?, et leur chef direct, le capitaine Aubert, chef du CAO( a quand même essayé de " juer-juger"; mais , à l ' époque, l ' Armée , c ' était..... En 1964-65-66 : " c ' était aussi !"... ; pas de chance sur toute la ligne ; par contre , les assaillants en ont eu énormément - sauf les 200 ou 250 tués ? Feldgrau...)..  Aparté : " soldats Feldgrau " nourris" aux amphétamynes ( pas tous)", pour tenir le coup longtemps ; l ' ennui, c' est que le moindre " pét", blessure, explosion trop prôche , provoque un choc , qui entraine un arrêt cardiaque, " ou quelque chose comme çà "; de toute façon , le gars est mort ; à l ' opposé , le fait d' être un peu trop saoul atténue les effets de blessure (" atténuerait ! "); sauf , bien entendu , si le gars blessé ne se rend pas compte, et ne peut se faire de pansement compressif....Au conditionnel , avec quelques preuves publiques, médias, etc....

 

 

 

  Une cage d’escalier de 38 mètres rejoint le bas des galeries qui étaient desservies par des monorails de plafond assurant le convoyage des casiers de cartouches de 75mm, de la gare aux soutes, et des soutes au pied du monte-charges de 400 kg approvisionnant le pied de la tourelle modèle 1905 .( 12.000 cartouches de 75 mm et fusées stockés).

   Une fois les coups de 75mm tirés, les douilles d’obus dégringolaient  par les goulottes, puis dans une cheminée verticale en béton armé latérale à la cage d’escalier (et accessible par trappes, à chaque palier, modèle économique et UNIQUE  sur la Ligne Maginot ) ; cette cheminée jouxte le vide latéral habituel à chaque cage d’escalier, où, d’un seul côté, passent tous les tuyaux et câbles divers; les douilles arrivaient 38 mètres plus bas dans une salle cubique, avec un plancher en bois, incliné ; ces douilles une fois ventilées repartaient vers l’arrière sur les lorrys ; certaines, semble t-il, étaient rechargées sur place et regarnies( ou bien : douilles remplies et obturées, avec possibilité de placer - et sertir !- des obus différents !......?).( dires de Mr Pol Peltier observateur d ' artillerie, témoignages ), Ce plancher en bois de la salle à douilles était entier, bien que moisi, il y a quatre à cinq ans ' 2005 !) ; mais des malins ont trouvé cela détestable, et y ont précipité  par la cheminée à douilles, des débris de béton…et comme le lavabo ou le siège –gogues des Officiers, cela est parti aux cimetières de l’Histoire.

  Juste à côté du bloc B 5, qui est décalé sur l'Ouest par rapport à la galerie principale, et entre ce B 5 et l'amorce de la galerie menant au B 4 , se trouve le Poste de Commandement , P.C . C'est une grande salle voutée, en pierres maçonnées, d'environ 200 M 2,  en trois parties- cellules, ,à 32 mètres de profondeur , 4 m de haut, scindée pour trois fonctions : P.C général d'ouvrage , P.C pour le bloc -artillerie B 5 (et plus tard , B 6 si les capitaux avaient été là (ce qui en aurait fait un fort redoutable avec ses quatre tubes de 75mm, pour un budget relativement "bas", fort de 2 me génération) ; une salle P.C d'infanterie,  gére les blocs B 4  B 2 B3 et B 1 et également la défense du bloc Entrée B 7  ( mais pas la gestion des entrées, dépendant du P .C  d'ouvrage) .Vidée de ses cables, blocs téléphoniques, siéges, murs nus, construction intacte ; elle est appuyée à une galerie qui en fait presque le tour, par sécurité.

 

 Quatre salles , deux grandes , env 200 m2, et deux plus petites sont les soutes à coups de 75mm et aux fusées ; tout ce qui servait à la manutention des casiers à coups,par monorails de plafond a été ferraillé.- 12.000 cartouches de 75 mm Modèle 1915 , " à charges divisibles" , ce qui a peut- être induit en erreur l ' observateur d' artillerie Pol Peltier , qui avait témoigné : " on refaisait des cartouches de 75 mm au bloc B 7,- Entrées ", c' est à dire au moment où les munitions , arrivées en caisses par camions , étaient rangées dans les casiers- rateliers " à obus" . Celà se déroulait au sous-sol du B 7, les casiers, montés sur les lorrys, descendaient par l ' ascenceur, puis, empruntaient le petit train sur 1200-1300 mètres.  mais , peut-être ..??..que par mesures d' économie , on essayait un nouveau système de cartouches avec possibilté de chargement de tête d' obus, en sertissant les douilles ....A voir ; en temps de guerre , on peut faire des choses que l ' on ne fait pas habituellemnt ...exemple : tuer des gens...  Le stock du Chénois correspond à peu prêt au stock "tiré" dans les caissons d' un régiment d' artillerie , R.A.C, soit : 11232 cartouches ( site " mes discussions" , plume : Bernard Berthion ).

                             GARE 1 ere et Galerie

 

  Rappel : Ce bloc B 5, très visible de la petite route, est privé.  Le propriétaire n'aime pas les visiteurs, surtout ceux qui, en enjambant le grillage, l'affaissent, ou bien volent ses moutons ( vu  et vécu par lui-même ; il faut donc le comprendre). Visibles : -  la cloche GFM qui se découpe sur le ciel, ou  sur le bois du Chénois, et un gros massif herbeux, en lieu et place de la tourelle et des voussoirs, béton pétardé et découpé "propre". ...Samedi 14 Septembre 2013 : beaucoup de curieux , d' amateurs pour voir , ex tourelle d'artillerie du fort.( ( " Ya rien à voir" : qu' un trou bouché)  . Certains curieux, dans l ' année , passent sur des clotures , les affaissent , ou bien empruntent le portail qu 'ils ne referment pas, laissant ainsi des brebis s ' échapper , choses préjudiciables à l' èleveur , dont c' est ses subsides ! Il y a , bien sur , une quinzaine de sites ( ou plus ) qui traitent , avec plans ou sans  ( AALMA, fortif be Wikipedia, wikimaginot, wIkimédia ,darkplace, etc...),( et des sites U.S ou GB ou allemands...) de la Ligne Maginot , et certains qui parlent ,ou racontent le fort du Chénois ; c'est bien d ' être curieux , interéssés, mais , Bon Dieu , foutez la paix aux brebis, d'autant plus que maintenant , çà va être la période de "la monte" par le bélier ! Quant à ceux qui ont -re-cisaillé un IPN de fermeture de GFM posé par les Natures : " pas très malin , chef ; ya rien à voler!"  Et en plus , l'escalier du B 5 est devenu une patinoire calcitée : le calcite l' envahissait il y a 40 ans - en  1972- ,et çà n' a pas dû s'arranger depuis 1972 !

    Le  bloc B 5 est privé  Et le propriètaire menace de l'ensevelir , ce en quoi il est dans son droit , de faire une petite butte d' un mètre de haut ! il a le droit ! et il sera encouragé , car il a droit à ses brebis !. à bon entendeur , salut.." Cà n 'est pas nous qui avons fermé le fort du Chénois; nous , nous ne demandons que sa ré-ouverture , sa résurrection ; mais dedans il y a des espèces protégées ...à protéger, cantonnées dans deux parages, avec des habitudes et leurs habitudes ; et c'est leur vie" ...Le bloc B 7 ouvrira prochainement". de toutes façons ," l' homme ne s' enferme pas , ne se limite pas"; il a toujours cherché " à voir au delà de l 'horizon" ; mais en respectant les autres.... et étant respecté !  ou considéré ,ce que certains oublient, étant " supérieurs aux autres" , ou race élue....chanson connue.... On n' enchaine pas ni n'enferme l'homme.

     -    Des petits panneaux, oeuvrés par nous , seront posés  ( sont posés !) non par sentiment de culpabilité envers ces vols ou abimements de clôtures ( pas vu !), mais par " amabilité " et compassion envers cet éleveur victime de "pauvres types" ou d 'inconscients, ou incorrects,ou de pillards, tout bonnement. Quant aux vols,: ni Wikipedia , ni wikimedia  ni Fotiff.be, ni Wikimaginot, ni Darkplaces, ni Fort du Chenois , ni Tourisme Champagne-Ardenne, ni Tourisme Ardennes, ni le Comecom  de Montmédy- Gaume , etc, ni patati et patata, etc, ne sont responsables, ne fussent que moralement , de vols de bêtes légères,qui paissent dans un pré, situé dans un angle-mort des vues du village, et entre deux routes fréquentées...( idem chauves-souris ,à Guerlette-casemate);. A titre d' exemple , quant à une vache, lourde , imprenable sur les épaules humaines ,: sous la Douane de Gespunsart , en bord de route, il y a une trentaine d'années, : des pillards avaient dépecé une vache, en laissant la tête dressée, plantée sur un petit pieu, pour faire croire qu' elle ruminait, avec la peau , vide , vidée, bourrée de broussailles ! l'imagination n'a pas de limite !. Avant , les pillards de bêtes , dans le Far-West , étaient pendus. ; mais c'était avant ;  Sur cette route I C 6 , qui méne du Christ / RN 43 à la frontière belge par Herbeuval , passent : des promeneurs, des maginophiles, malins , polis, ou pas, des écolos, des Conservatoires-Natures, des photographes d 'oiseaux - LPO ou pas, des champignoneux ,, des maginotphobes ( alors là , ...), des voleurs divers, et des voyous -mais çà n 'est pas écrit sur leur gueule ( " quoique" , aurait dit Raymond Devos ! )...... ! Attention , l ' Histoire est la science du changement ...et de la continuité.....( "C' est bien , Internet , et internautes , car on peut tenir " tribune" , et " lettre ouverte !!!", le droit de réponse étant ouvert").  Décidement , la Ligne Maginot n'a pas fini de faire parler d'elle ...Aprés tout , peut- être qu 'elle a qque chose à dire.!.." objets inanimés , avez vous donc une âme, qui s 'attache à vôtre âme et la force d' aimer..." Hugo Victor........

  - Un " puits" Maginot - cage d' escalier-ascenceur - ou sans- çà fait " çà" , à peu prés , 30-35-40 mètres de profondeur ; exemple : - 1er étage de la Tour Eiffel ( "la tor ferfel") 45 mètres.Identique .                                                                 Ou bien -, plus représentatif : huit niveaux d' immeuble ancien , à Biarritz ( ou haussmanien) ( et neuf niveaux dans un moderne; " finis les " beaux volumes"")  L'obus de 420mm s' arrête dans le sol à mi-trajet soit 15-20mètres( sol mou, limon ou terre); s'il pète contre la parois du puits:"pas bon du tout", raison pour laquelle le puits, dans sa gaine est construit en arrière du bloc, le bloc et le parement de pierres le protégeant ( des armes connues) (sauf Dora, ou le 800mm, long , trés long à mettre en oeuvre; les Tall-Boys n' existent pas encore, et leurs avions lanceurs non plus; quant à la bombe A, elle est dans les cartons...dans le Nevada et à Houston, dans les bureaux d 'études))                                       Wp 001036

   LA TOR FERFELL

 

 B5 avant l'enlévement allemand

 

   Qques chiffres : stock de cartouches de 75 mm dans les soutes du fort du Chénois :12000- 12.800 coups ; stock existant en France : 14 millions de cartouches ; stocks prévus :22 millions ( à 150 euros environ la cartouche)......( coût en 1916 : 60 fcs)   Et , piqués ,  ou prises de guerre , par les Allemands : quatre millions de " munitions" de 75 mm surtout,( et 105mm , 155 mm...) et plus de 500 chars , abandonnés, ou smatchés, reconstruits, plus des VL PL et fourbis.( et quatre hangars énormes ,à Saint.Denis pleins à craquer ....de plus de huit millions de caleçons longs , molletonnés ( " salut Popeck") ; de quoi équiper beaucoup de Feldgrau , pour la Russie .....De quoi repartir en guerre en Russie et d' aller s' y faire casser la figure ( tout en détruisant et tuant un village tout les deux jours , dans le cadre de l ' épuration ethnique, par des Einzats Gruppe.....)....Etrange...

 

   Tourelle de Mont Agaisen , SFAM, " au dessus " de Sospel ; vue en 1985 ;, " par hasard" , car terrain militaire , Puis revu fin Aout 2015 , " car c' est balisé" -merci ; tourelle 4 mètres de coiffe, coût : 6 millions de francs 1935, installée en 1934 , " signature du Capitaine Ingénieur COSTE ,1934 , élaborateur du bloc d ' artillerie-tourelle ".( de travers !)

Wp 001589 Wp 001591

 

Et dans un recoin....borne rare : -mais photo râtée-  35 cm sur 20cm :" 12 P 2 ,25 m de O , 2,5 P" .....Ce qui veut dire  : 12 cables douple paire , partis de 25 mètres de l ' origine ( " sortie des blocs") enfouis à deux mètres et demi de profondeur".......quelque part...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×