La Ferté janvier 1941

La Ferté,visite ,dimanche janvier 41 La Ferté Janvier 1941; B 1.derriere GFM:le Chénois,à 8 km. B1;truppen in visit; La Ferté ,janvier 1941 lustigen mit mandolin,guitar,violin.  B2;Cl.A-M ;réseaux vers Villy;impacts  Eintrit block THONNE;

 Photos provenant de chez feu Mr HERAUX , photographe à Charleville durant la guerre , et chez , tout simplement , les Allemands venaient faire développer leurs photos. Tout un lôt payé 200 francs , vers 1985 . " Vous pouvez les mettre dans un manuscrit , si vous voulez ; les droits sont payés ; c' est eux qui me les ont payé ,à chaque tirage , je faisais un autre négatif sur tout ce qu ' ils photograpiaient...."De nombreux exemplaires circulent chez les historiens locaux et les passionnés d' Histoire.

       L' ouvrage vaincu de Villy la Ferté c ' est la   VITRINE DE L'ALLEMAGNE NAZIE, victorieuse de son ennemie jurée , la France.

       La Ferté:- Inutile de présenter l'ouvrage de Villy la Ferté, au départ dénommé "ouvrage de la Croix de Villy", et érigé en fort par le malheur des armes, et la propagande du sinistre Docteur GOEBBELS; "Nous avons vaincu un des plus gros fort de la Ligne Maginot!".Des hommes y ont péri, alors que toutes les armes et outils de tir venaient d'être tous détruits (sauf le canon de 47 et l'affut de MAC 31, latéraux), parceque le commandement a refusé que l'équipage l'évacue; ils auraient pu fort bien s'enfuir par les deux portes des deux casemates, ou la meurtriére à canon de 47 AC, la nuit , ou sous des écrans de fumigènes; mais on a préféré les laisser là , mourrir par axphysie du fait de l'oxyde de carbone. Ils ne pouvaient pas s'échapper par les portes des casemates, soit-disant sous le feu ennemi (le feu ne tue pas tout le monde, mais les gaz, dans les fonds, ont tous tué), car l'ouvrage n'était pas constitué comme un fort-type Maginot , à savoir: pas d'entrée loin en arriére, pas de galerie longue sur l'entrée arriére : la' galerie existante n'est qu'une liaison entre les deux casemates - pas de lieu de vie en arriére :-  les groupes électrogénes, cuisine, casernes,infirmerie, filtres à air, soutes, sont immédiatement dans les blocs, et non, loin en arriére.

A relever : en trois jours  d' attaque allemande ,p rés de 20.000 Obus sont tombés ou ont percuté le petit fort de la Ferté, couvrant deux hectares ,dont des obus de mortiers de 210mm , plusieurs batteries; ce qui fait 10.000 obus (100mm , 105mm ,150mm , 210mm , et 88mm DCA) sur un hectare soit un obus par M2, un peu plus qu'à Verdun .Avec en plus, les 6000 coups de 75mm du Fort du Chesnois- obus explosifs et non obus à balles- trop loin( l ' obus à balles ne va qu 'à 6500 M)...( 4000 coups avant l ' explosion d' un tube, et donc la " non protection par épouillage" , le temps de changer le tube et enlever les cadavres déchiquetés de deux cannoniers, et remettre un tube neuf; soit le temps aux Allemands d' assassinner la Ferté; ces deux cannoniers ont failli avoir une plaque de marbre ou de cuivre, ou de bois...sur les murs du Chénois, en souvenir de leur " tuage";Voeu pieux : une plaque pour leur mémoire....Quand on aura des sous.....et surtout , les noms.

 Et , entre l'entrainement des Allemands sur les copies de Ligne Maginot dans les Sudètes, en Tchécoslovaquie,aprés " l ' intégration" de la Bohème , leurs armements et méthodes, innovantes, leur culot, et, un commandement français, hésitant, ou aveugle, ou n'ayant pas compris la situation, le malheur est tombé sur ce petit ouvrage et ses hommes.

 L'ouvrage se visite, il est dans son état de fin Mai 1940, et , depuis peu, aux alentours des 15-16-17 Mai, se déroule une manifestation en armes, matériels,et petits soldats, archi-équipés,(trois ou quatre F.M 24.29 pour une petite section, périscopes de tranchées modéle 1931, etc, etc..°) pour présenter les armes. Présentation-évolution de matériels, mortiers, fourbis, chenillette UE, Kégresse,copie de canon de 25 mmAC, qui tire (des cartouches de  chasse de 12!),etc,etc; Manifestation trés bien; jolies nenettes en tenue civile de 40: Miroir,Thiérache, Crystal, etc....C'est bien que des gens, jeunes, pensent aux morts et honorent les anciens-qui étaient jeunes- tués pour la Patrie , au seuil de leurs 20 ans(ou 25-30ans); et essayent de tirer quelques leçons, et quelques enseignements; en pensant que la guerre n'est qu' à l'entrée de nos portes....

  - A relever :"on dit que la galerie a été construite à ciel ouvert, parceque l ' entreprise de T.P ne savait pas creuser de galerie...."; erreur , à voir les travaux de fin Juin 2014 , destinés à construire un musée : des blocs énormes de calcaire solide sont extrait du flanc Est du petit éperon " Croix de Villy" entre les deux blocs; il est plus facile de passer sous ou entre les bancs que de les creuser ; quant à la profondeur , 20 à 25 mètres, elle parait un peu superflue, vu l ' épaisseur des bancs de roches calcaires....  Dommage que le Chénois soit encore fermé, et trés peu ( trés peu) équipé , car des visiteurs demandent à y avoir accés ; seuls les dessus appartenant à la municipalité de Thonne le Thil , soit B 7 Entrées et le B 1 sont publics. L' intérieur du B 7 se visitera un jour proche ( pas dans dix ans).( au Patrimoine , 20 et 21 septembre 2014 , çà c' est fait ! ! ! ouh-la-la ! )

   Anecdotes-témoignages sinistres, et même lamentable pour le dernier : propos receuillis Lundi 6 Octobre 2014  devant la Ferté : - " Ma grand Mére habitait la Ferté; son voisin a été rappelé à la déclaration de guerre et il est allé rejoindre son poste, à savoir le petit ouvrage de la Ferté; en effet , pour plus de rapidité , les ouvrages ( "comme les R.I.F") étaient à recrutement local , pour plus de facilité de mobilisation, et de garnissage en effectifs  des postes ; Et , comme le soldat habitait tout à côté, immédiat , le soir , quand il n ' était pas en service, il rentrait dormir chez lui,  quelques fois ,et avec sa femme ! ( celà se faisait également à Donchery, où le fils du boucher - d' un boucher- quittait sa tranchée " de la Falaise", 147 eme R.I.F, et allait dormir " chez Papa et Maman") ;  et quand il n ' était pas en service , il allait  à la ferme pour y travailler ;cette situation a déplu à un sous-officier, qui s' est faché, afin que le soldat ne " découche pas"  ou parte durant la journée ;et le soldat a été " fichu dehors du petit fort " et, il est allé dans une autre casemate ....Quand les Allemands ont commencé à attaquer , il s' est donc trouvé spectateur de l' attaque sur la  Ferté , et a donc sauvé sa peau".." Ce soldat , revenu chez lui , y a vécu comme agricuteur ; il s ' est tué en tombant du toit , vers 1992"......             - Autre : "Comme le Lieutenant Bourguignon n ' avait pas été retrouvé, car  non enterré  avec les autres, certains malins -jacteurs du coin avaient fait courir le bruit " qu 'il était parti, ou bien en Suisse, ou ailleurs", discussions de bistrot , zinc ";  qu'en dira-t-on..... alors que le lieutenant Bourguignon  était enfoui dans un trou d' obus, devant le B 2 - découvert à partir de témoignages d' un soldat-fossoyeur allemand-  ( "  chose réparée ! "...) ; " Calomniez , calomniez ; il en restera toujours quelque chose ! " Hélas.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×