La ligne Maginot

           Pourquoi la Ligne Maginot ? 

 

           - D ' abord , en premier , il faut se rappeler la déclaration du général von SEECKT , du 1er Janvier 1921 :"... la puissance militaire  de l'Allemagne est  aujourd' hui en veilleuse". Ensuite , se souvenir du parcours de la guerre , et des heurts de l'armée allemande contre les forts de Liège, et son échec contre ceux de Verdun : "nécessité de la fortification permanente " , dans Assoc 1914-1918 , "le rôle des fortifications pendant la Grande Guerre " par le général Robert Normand , "Revues des Deux Mondes, 1er Novembre 1925".

 Egalement : ..." dans Figures de Chefs d 'Henry Bordeaux , page 389 : " La soeur de V.. m' a dit qu' une amie , Suisse, en voyage à Berlin récemment :-1917-,  rapporte le fait :"sur les baraques de tirs forains, figurait cette affiche : " Enfants , apprenez à tirer!" ...

 

            - Ensuite , deuxième point , il faut se rappeler que dés la fin de la guerre il y a " dislocation du front alliè" , "Grandeurs et Miséres d' une victoire " de Clemenceau , et page 21 de HOFF" réarmement-programmes de 1919 à 1939" : "fin de la solidarité alliée. Rupture consacrée en Aout 1919 , à Londres, Conseil  économique interallié où Baruch ( USA) déclara qu 'il fallait revenir à la liberté du commerce" ....( pour que USA et Anglais puissent vendre à l ' Europe " cassée" et surtout à la France , à genoux ( et le cas échéant " se l ' acheter pour pas cher " , puisqu ' elle est à genoux ! ! braves U.S mercantis! Donc , la France se retrouve isolée , quasi détruite, quasi ruinée, à reconstruire,à la merci des " marchands"- alors que l ' Allemagne est intacte , où rien n 'est cassé, aucune usine détruite ...; et en France,: 40 millions d' habitants , pour beaucoup adeptes du farniente, de l ' accordéon et du bal musette ,contre plus de 75 millions d' Allemands , travailleurs.

 

            - Ensuite , en troisième point : le système d' attaque de l ' infanterie allemande , " sur huit rangs de profondeur , attaque en masse , sans souci des pertes" ,avec l ' artillerie-lourde, " dans le dos "!..qui tire par dessus les fantassins ,afin d' écraser l ' ennemi ( attaques inter-armes), c' est" la guerre des masses , der MASSERKRIEG ".

. Exellent " reportage" de John Turraine , dans la " Bataille de Mons" , première rencontre entre les Anglais du Corps expéditionnaire , venus soutenir la BELGIQUE , neutre ( et pas " aider" les Français ! remenber !) contre la I ere armée allemande  sur le système de Masserkrieg: - " A 700 mètres , nos fusils avaient une trajectoire encore tendue , et les masses d' infanterie allemande avançaient néammoins sans souci des pertes ..." ( mais , écrasés par le nombre , par les feux des mitrailleuses allemandes , alors  que les Britanniques n ' en ont que 44 pour plus de 80.000 hommes ...! ! , et par les avalanches d' obus lourds, et la logistique allemande , les Anglais se replient et retraitent ) ( les Allemands début Aout 1914 ,devaient avoir prés de 2600  M.G  Modéle1908 ) ; Ou , également , sur l' attaque écrasée,des Allemands à partir des bois de Dieulet, vers Beauclair et Fossé,le 28 Aout 1914, attaque détruite par le général RUFFEY ( qui voulait ensuite les rejeter à  la Meuse à Stenay,mais qui, pour cause de mésentente avec Joffre, et de nécessité de réalignement des unités, a été limogé...)

             - Et également , en fonction des enseignements dits " crise de l ' obus-torpille", essais de  tirs sur les fortification" anciennes" ( Séré de Rivières) au fort de la Malmaison , dit "essais de Chavignon" ( Aisne) qui ont conduit à l ' adoption de blocs-tourelles éclipsables, couverture de deux mètres de béton armé, oeuvres dispersées et enterrées...pré-figuration du fort éclaté type Maginot. .....

Et également devant l ' art extrème des Allemands pour faire des choses de " quat sous" , avec rien ,et qui sont trés efficaces ! :  :, et la consistance et l ' efficacité des lignes fortifiées allemandes ...

                                                                          Wp 001907

   -  ( Mais çà , cet observatoire cuirassé "vers Falaise , Ardennes- " c 'est aprés" !: - matérialisation- réalisations de l 'astuce allemande : -  Le crapaud-cyclope en photo , c' est la Ligne Hindenburg, 1917, c' est dans les bois , en cherchant longtemps et en crapahutant dur....Voir " Ligne Hindenburg Ardennes " site ; (pas encore le temps de réaliser le manuscrit ; mais il sortira un jour ......Toujours , si " Dios los volt". )   

   Aparté : en 1940 , les Allemands ré-éditeront les ruées au coude à coude , en masse et en chantant , sans souci des pertes  :- fin Mai , à l ' attaque du Bois Triangulaire et de Tannay ,- au Mont Caubert /Amiens , - à Stonne , - dans les Vosges , lors de l ' hallali...

                                                                                                                                ----------------

            La Ligne Maginot ( et Painlevé  ! ) couvre et protège, et surveille la frontière française de la Mer du Nord jusqu à la Méditerrannée,- Menton, et la Corse,et...le sud-Tunisie , Ligne Mareth, du nom du village.. et de l ' Oued Akirit, base d' arrêt ...... ( voir site, peu fréquenté-dommage- : terres d' affrontements / Mareth , sur "books.google.fr"...)

 

           De nombreux (et bons) sites et livres expliquent fort bien le pourquoi de la construction, l’implantation, l’organisation de la Ligne Maginot. ( AALMA , Fort Casso-Maginot, »bible » de Mary J Y, etc).

    Pour quoi ? « en vrac » :

 - économiser les forces françaises, affaiblies par la Grande Guerre, et populations faibles (40 millions    de Français),

   - reprise des territoires et réinstallation du pouvoir (royal ou républicain) de la Nation ;

   - laisser la guerre aux frontières ; ou chez autrui (Belgique ou Suisse en l’occurrence) ;

   - protection de la frontière nationale, surtout contre une attaque brusquée (la France sera le seul pays attaqué avec un" préalable "de déclaration de guerre, par alliance interposée( on déclare la guerre pour suivre la Grande-Bretagne, à la suite de l ' invasion de la Pologne) : tous les autres pays ont été attaqués sans déclaration : Danemark, Luxembourg, Norvège, Pologne, URSS, etUSA par Japon..) « Sonnettes armées » ;

    -protection de l’industrie lourde : « arc «  de Thionville, pour protéger la sidérurgie,  Hochwald et voisins, pour protéger les pétroles de Péchelbronn ;

    -protéger la mobilisation et la concentration des armées.

    -  " petite copie" des travaux souterrains des Britanniques , avant l' offensive d' Arras, printemps 1917 ( Vimy) ; en effet , les Britanniques avaient " annéxé" Arras , et ses "boves" du Moyen-Age , les avaient amélioré  pour en faire des lieux de campements, hopitaux, logistiques, et d'assauts , etc , mais sans armement -artillerie dedans. Ou bien ," re-copie" des "muches" utilisées par les Britanniques , dont le secteur était truffé ( relativement) "souterrains vestiges.free".  Ou Reims , ville écrasée, où 17000 Rémois vivent- survivent quatre ans dans les crayères, les caves de champagne..... et la résistance de Froideterre, avec ses 150 hommes , vistorieux sous le béton...Ou , petite copie de " la ville souterraine " du Colle di Lana , construite par les Autrichiens , dans les Dolomites... contre les Italiens qui attaquaient le Tyrol.

     -  " grande copie " du système allemand  des Festen ( Mutzig , Strasbourg , Metz , Thionville) implanté sous terre  tant abris , boyaux , que lignes téléphoniques " profondément enterrées" ; par exemple :  fortifications allemandes souterraines dans le secteur anglais  face à Thiepval. ...et ailleurs ; ...à titre d' exemple :  voir le petit camp à l'est du Camp Moreau - Argonne-  ou celui de Lançon ou d ' autres..... n' importe où , Autry, ou ailleurs ; ils sont tous protégés , systèmatiquement , à priori , du côté Ouest , c' est à dire du côté ennemi , par un blockhaus-M.G, ou un réseau crénellé , " au cas-où", et pourtant , le front est à dix-vingt KM,( " méthode-méthode" ; copies de toutes les fortifications allemandes , telles , par exemple , celles du " Kanonenberg"- Mont Têtu, front de Champagne-Est. ( voir site " Grensland doc", néerlandais, éminent pour tout le théatre Ouest) . Au Kanonenberg on retrouve une casemate à canon du même genre que celles du fort du Sapey, ou de Flaut, acceuillant des tubes de 75 mm , mais en créneau-acier.

         -  grande copie du système français " découvert" par nécéssité à Verdun : "les réseaux 1916 ", ou 17 : construction de galeries souterraines, de casernement , dépôts, enfouis à 15 -20 mètres,et reliant les forts Séré de Rivières , à l ' extérieur-arrières ; voir site Fortiff.Séré , de Cédric Vaubourg, plans de tous les réseaux 17 installés sous les forts.Travaux réalisés sous le feu , et confortés aprés guerre. Et puis , et surtout , un ouvrage trés bétonné , petit , bien armé avec un bloc tourelle à deux 75mm , Froideterre, a trés bien résisté à l ' artillerie et aux attaques d' infanterie allemandes ...

     - pour échapper aux dépenses folles de la Reconstruction, aux dépenses énormes  et au coût de la guerre : soldats  improductifs pendant quatre ans, agriculture de survie, industrie uniquement tournée vers la guerre : 320 millions d’obus et 6 Milliards et demi de cartouches 8mm produits, (à 20 centimes-or-pièce, ou 4 sous-troués),( dont 290 millions de coups de 75mm , à 150 euros/pièce " et c' est pas cher- prix de gros-gros- ce qui fait 30 milliards d' Euros! - tiens , c'est le déficit!.....) , un milliard de mètres de tissus coton , ou laine, et aux 140 milliards de francs de coût de la Grande Guerre, et 20 millions de casques Adrian (,pas trop bien construits , auraient été bien mieux en une seule piéce plus le cimier pare gros-éclats; "peut mieux faire".; mais dans la mouise , on fait ce qu ' on peut...) etc, etc.( 135milliards de francs-or seront demandés, de par le Traité de Versailles,au titre des réparations de guerre; l'Allemagne, affaiblie par la guerre, puis ré-affaiblie par la  crise de 1929 , ne pourra payer; et les Allemands voteront , trés démocratiquement...pour Adolf Hitler! aprés n ' avoir réglé que cinq milliards ).

     Et : sur 100.000 officiers active ou réserve :26000 officiers tués ( dont 5000 Saint-Cyriens ) , et sur plus de 5 millions de fantassins, presqu'un quart de tués!!!

 (La guerre, courte, telle QU’ON l’avait prévue, devait coûter 20 milliards ; budget 1914 : 5 milliards de francs-or).

                         Au final , en " sous communs", pour le matériel, les munitions, le fourbi , etc, et les chiens Malamute de l ' Alaska pour aider et approvisionner les petits Chasseurs des Vosges , les 30 millions d ' obus divers du Chemin des Dames-Moronvilliers, et les agents-espions, et les usines de Toulouse d 'explosifs, et les 3000 chars FT  et le reste , les 290 millions de coups de 75 mm, plus les 30 millions d' obus lourds,  etc   etc.....etc, 

                                                                                                                        = 138 milliards de francs-or .

 

  .....                                                                                      ....

 

         Et surtout, pour échapper à tous les mauvais souvenirs, récents et sinistres,  de 1914-1918,  à « çà » :

  -     l'infanterie allemande,trés disciplinée ,trés manoeuvriére, trés encadrée, qui attaque en masse, trés dressée sur " l ' Exercier Platz" , au coude à coude, aprés avoir cheminé à couvert, baïonnette   au      canon, en premiére ligne, avec en seconde ligne, immédiate, "sur les talons", les grenadiers lanceurs de leurs "presse-purée", à manche , ce qui leur permet de l 'allonge et de tirer et lancer la grenade à plus de cinquante mètres, dans les tranchées ou sur les barricades dont les  défenseurs sont tout de suite assomés par les 160 grammes de pétards des dites grenades;

       - plus un service de santé omniprésent dés la premiére ligne, efficace, trés bien organisé , hopitaux de 1ére ligne bétonnés, éclairés, évacuations par trains  gen-

        re Decauville (voir l'hopital de 1ére ligne d'Apremont-Gobessart, derriére la route de Saint-Mihiel, ou celui du chemin menant à "la Grande-Montagne" Woinville ,.Haraumont-Verdun) . Car c 'est directement sur la ligne de feu que l ' on sauve un bonhomme blessé, avant qu ' il ne perde trop de sang , et surtout ,  ne soit démoralisé  et que l ' on  le soigne  au plus vite; c ' est tout simplement ce que fait le SAMU actuel , " au plus prés". Mais chez les Français, celà n ' existait pas, même en 1917 cf le Chemin des Dames et sa catastrophe sanitaire....

        - A signaler : à côté des anciens emplacements d' hopitaux  de campagne allemands , il y a des cimetières , dans lesquels les blessés qui venaient de mourir étaient ensevelis ( hopitaux de " 1ere ligne" et cimetières " de 2eme ligne", si l'on peut dire) ; il en était de même pour les Français ; à la seule différence que beaucoup plus de blessés français decédaient par manque de soins , aux seuils des hopitaux de campagne , car , hélas , il n' y avait pas assez de personnels sanitaires ! Référence à la carence du service de santé, en particulier au Chemin des Dames , où les blessés, bien que des voies Decauville aient été installées , vers les hopitaux , ces dits blessés mourraient devant l'attente du bloc chirurgical qui aurait pu les sauver ; - voir à ce sujet , le cimetière de Braine, au sud de la ville, au pied de la côte, à proximité du cimetière danois,( des enrolés du Sleswig-Holstein , " morts pour une cause qui n' était pas la leur")....( " Blancs- Draps").( voir Henri Castex " l ' affaire du Chemin des Dames-les cabinets secrets" , et d ' autres...)

  -     à l’artillerie et à la logistique allemande, -  Exemple : entre le " fontaine du Roi de Prusse , Est de Bras , et le Bois Fumin-fort de Vaux , soit Huit Km en ligne droite, comment faire tenir les feux de 1200 pièces d' artillerie allemande, les approvisionner - bien qu ' étant " logées " dans huit à dix" haricots", et bien coordonner toutes les actions de cette monstrueuse artillerie , sans trop écraser ses propres bonshommes... ( un " haricot", c'est un ovale tracé sur une carte et représentant une unité , de n ' importe quoi et de n ' importe quelle grandeur , sur le terrain..: une batterie, un régiment , deux régiments d' artillerie , soixante dix , soixante douze pièces ; à Verdun , vers Etraye , ou Réville ou Crépion, c'est du " lourd":150mm , 210 mm,....)

-          aux gaz de combat, qui tuaient les gens de manière affreuse ou  les renvoyaient  mourir chez eux, les poumons brûlés, cinq ans ou dix ans après (chimie allemande très performante) ;

-          aux flammes des lance-flammes ;

 -     Pour échapper à la SOIF , car c' est la soif qui a fait tomber Vaux , pas les obus ou les gaz ; ( et " la soif " d' Apremont, mais là, ils étaient à l ' air libre, et en plein soleil ardent!...

-          aux obus des mortiers Krupp de 420 mm, poids :1000 à1100 kg , dont 120 kg d’explosif; portée   de 9 à 11 km ; quand un obusier pareil s’installait,(en une journée), devant un fort belge (à Liège) ou français (Hautmont à Maubeuge, ou Manonviller, ou d’autres ), dans l’heure qui suivait le fort était écrasé, éclaté par quelques obus (l’obus de 420mm , à l’arrivée ,pénétrait de 9 à 10 mètres dans le sol d’argile ou de marnes et de un mètre dans la roche calcaire ); ceci se passait en Août1914. et a été répété durant toute la Grande Guerre ; donc, la nouvelle fortification Maginot devra pouvoir résister aux obus de 420mm..( Au Killian-Stollen , à Carspach , Alsace, une section allemande , réfugiée dans des abris en madriers façonnés, à 3 à 6 mètres sous terre, à été écrasée par deux coups de mortiers de 280 mm, en 1918 ; fouilles actuelles)

          Wp 000973 Obus " normal" de 42 cm , tiré , et gisant sur le terre-plein du fort de la Pompelle-Reims.

        Pour échapper aux drames, aux casses et aux malheurs des forts Brialmont de Liège - qui ont résisté vaillemment- , mais dont les citernes à eau , les canalisations , les toilettes éclataient sous les coups des impacts d' artillerie , ; pour échapper à l ' incendie du fort de Chaudfontaine, au démolissage de Pontisse , et à l ' éclatement du fort de Lonçin...

       - Siège de Maubeuge, cité par le Général Palat : " un obus de 420 traversa six mètres de terre, un mètre de maçonnerie, et ensevelit toute une section . Le commandant du fort , le capitaine du Génie OUDEA, eut besoin de toute son énergie pour maintenitr la garnison , paniquée.." - ( Garnison,  qui ,comme tout le tour de Maubeuge, était composée ,  de nombreux territoriaux, locaux, et  comme dans beaucoup de forts, par de nombreux douaniers  . Ce sont ces mêmes douaniers , de la garnison de Montmédy, Aout 14, en retraite, et combattant à Brandeville, qui seront fusillés par les Allemands , du chef : " çà n' est pas des soldats puisque c ' est des douaniers", - chose oubliée ,et-ou, mal dite dans Wikipéddia, (sur mauvaise indication de la Direction Générale des Douanes - " qui situe çà en 1940" -Plouf) ( " c'est dit").

-          Mais ,surtout : il y a eu 1.380.000 tués, et il y a en France 300.000 invalides, et des veuves, et des Pupilles de la Nation ,et des gazés aux poumons brûlés, qui  meurent  en 1920,1925,1930 ….Et des soldats qui  ont des nuits agitées, des vies détruites, par les souvenirs horribles  qui leur reviennent à l’esprit…On peut citer , dans l ' effectif de ces invalides , Joe Bousquet , de Carcassonne , frappé , et paralysé des membres inférieurs dés Avril 1918, à Vailly, poête, tenant salon littéraire, "rue de Verdun, Carcassonne": "qui a donné sa jeunesse à sa patrie, et ses jours , à l 'esprit"; mort à 53 ans aprés 32 ans passés paralysé !"( salon littéraire , avec Alquie , Paulhan , Gide , Aragon-que je n ' aime pas-,Cassou ....et René Nelli , mon prof de français ....).(" on n ' a pas été éduqué par n ' importe qui !.....).

 

     -    Et  également , pour faire partir , pour extraire  de la mèmoire ,- la catastrophe du tunnel de Tavannes , du 4 Septembre 1916 . Là , dans ce tunnel à voie unique, ligne Verdun-Metz, logeaient , vivaient, étaient soignées., dormaient, mangeaient , un millier à deux milliers de "taupes" , services, commandements, unités , à l'abri relatif de la terre et de la voute du tunnel, mal aménagé depuis le début de la guerre  et co-habitant avec des grenades, de l'essence, des cabanes en bois, etc, etc , de tout qui pète et qui brûle et qui tue (carence du commandement !) ; et le soir du 4 septembre, l'incendie se déclara et l'horreur s'installa dans les 1600 mètres du tunnel ! au moins 500 morts furent relevés ; mais pas ceux partis carbonisés en poussière; lire à ce sujet:"tunnel de Tavannes", par René le Gentil; theme du film :"la vie avant tout" avec Sabine Azéma, veuve, et Philippe Noiret, capitaine chargé "des familles et des cadavres". NB Catastrophe ferroviére de Saint Jean de Maurienne..

         - Et aussi , en "souvenir" , sanglant , du Chemin des Dames , offensive faisant suite à la bataille de Verdun ( Vaux et Douaumont sont reconquis en décembre 1916 ; plus quatre mois de préparations, et on arrive en Avril 1917 !) ; au cours de cette triste et sanglante offensive , les Allemands " sortaient des cavernes , creutes enfoncées sous 10 , 15 mètres de roches, et surgissaient dans notre dos, non neutralisés par six jours de bombardements français " Henri Castex , "les cabinets secrets , l'affaire du Chemin des Dames" , 1977, éditeur Roblot.

          - Et aussi pour " imiter" les Allemands , dans leurs conceptions pratiques des fortifications , ou comment faire des fortif inexpugnables avec rien : cf , au niveau du fort( ruiné ) de la Malmaison - chemin des Dames - la relation entre les tranchées allemandes ( " la carabine , Liebnitz, etc" ) le fort , et les carrières de pierres ; voir à ce sujet , site extra : "souterrains.vestiges.free.fr"... ( Fortif allemandes : exemple , le fort de Mutzig ; début Aout 14 , les Français attaquent :- les quatre canons de 100mm sous calotte-tourelle envoyent 240 obus sur l ' assaut français et le stoppent net ...)

     ....     Et , un pire parmi les pires : Vauquois ; cette butte , qui surplombe la plaine du haut de - jadis- ses 290 mètres( 284 m aprés la guerre !) a vu périr , mélangés à la terre et aux débris, sur ses pentes, dans les sapes , par les mines, ou les obus , 4368 soldats; et leur terrain " d'oeuvre", la pente Sud de Vauquois, à 46 °! ne fait  que 500  M sur150 mètres , soit 7,5 hectares en projection horizontale ; ce qui 582 Français tués ou volatilisés à l'hectare ! c'est beaucoup dans l'horreur.( "ou bien le Col de la Chapelotte ; 2000 Français tués - et autant d' Allemands !)

-          Et enfin pour échapper aux visées pangermanistes de formations ou de presses ultranationalistes, ou  d’intellectuels, tels Ludendorff (qui sera généralissime en 1917-18)( et qui enverra Oulianov Illitch dit Lénine en wagon plombé de Suisse en Russie, en 1917 , " parceque çà tourne mal en Allemagne", et qu 'il faut sauver la boutique ) ( pas trés malin ! ) ;. Ce dernier avait écrit, en 1913, dans un journal ultra (et l’idée n’avait pas bougé depuis) : « Nous effacerons le Traité de Verdun (de 843) et nous reprendrons les territoires de ce qui était la Lotharingie, à savoir tous les domaines de la Méditerranée à la Mer du Nord à l’Est de la frontière Escaut-Meuse-Saône-Rhône ; ces territoires, de culture germaine, doivent revenir vers l’Allemagne »  (en substance et non littéralement !!!). Ce qui aurait entrainé, si l’Allemagne avait été victorieuse en 1914, en plus de l’Alsace et la Lorraine perdues, le reste de Lorraine, le Bar, Franche-Comté, Lyon, l’Ardèche, la Provence entière (qui parle occitan !) le Dauphiné, dans le giron teuton !; il aurait fallu y ajouter :Lombardie , Emilie, Toscane et Vénétie …..Et Wallonie et Pays-Bas, pris  à d’autres. ( on peut lire aussi , à condition de le trouver : "la Belgique " de Henri Charriaut , 1915, paru chez Flammarion , sur les menées pangermanistes sur les Belges en 1900-1910; édifiant. ( Et çà , tout le monde l ' oublie , ou l ' a oublié ! Terrible , la mémoire qui fuit....Et en 1940, ils étaient LA pour longtemps, aussi , puisque le Reich devait durer 1000 ans!)

-    Et enfin, pour échapper à toute la technique, la tactique allemande, la logistique, tout le côté     pratique et méthodique (qui sera répété et réutilisé par les Allemands lors de la Campagne de France : rigueur, élasticité, réactivité, esprit d’initiative encouragé, pensée « hors des livres »….)

  -   Solidité de la fortification permanente ( une fois mise " au gout du jour", réactualisée.)..:."Les obus de 400 obligent les Allemands à évacuer Douaumont mais ne détruisent pas le fort.....- PAGE 56 du fascicule sur Verdun "cours d' histoire militaire ,ESM et EMI " repliées", année de  cours de 1940-1941 : " La tourelle de 155 de Douaumont , bien qu ' elle eût reçu deux obus de 400 français , était si peu endommagée au moment de la reprise du en Octobre 1916 , qu ' il a suffi d' un nettoyage et d' un graissage pour la remettre en état.....le 13 décembre , elle reçut un coup de 280 sans interrompre le feu..." ( toutes choses qui font mentir les déclarations de Joffre, et ses décisions, cause de la perte " bête" de Douaumont- "coût brut" de la perte de ce fort  = 100.000 Français tués , à l  encontre de la fortification permanente , jugée inutile - au vu de la casse de Manoviller, jugements trop rapides et inexacts....)

    - Et aussi , " pour faire pareil"  - ou mieux , que les forts de Mutzig,Feste Willem II, ou de Metz, ou Strasbourg....

    ......    Cette supériorité du béton  par rapport à l'artillerie est à l'origine de la Ligne Maginot , chaine continue de blockhaus avec tourelles d'artillerie reliés par passage souterrains". Verdun 1914-1918, par Alain Denizot." Egalement , copie "exagérée" de la Ligne Hindenburg , ligne de défense  allemande construite dés 1916, par Hindenburg et Ludendorff , "pour attendre des jours meilleurs" , pour l'Allemagne , bloquée par mers et affamée, isolée. Voir site : "hindenburgardenn.e-monsite.com" ou taper "lignehindenburgardennes" , "ya pas plus court , excuses!; on fera mieux et plus court la prochaine fois, quand on le pourra "; c'est un aperçu-inventaire des restes (restes !) de la ligne Hindenburg dans le département des Ardennes ; ailleurs :"ya plus rien!"(ou si peu). Voir également , site  " tourisme cambrésis" , groupe de courageux qui viennent de déterrer un blok  " à étagéres",de la ligne Siegfried (Hindenburg pour les Anglais) dans le coin de Cambrai.( il faut des "réveurs" ou des "anormaux" - comme ON nous dit , pour faire ressortir l'histoire!.) ( les mêmes qui diront : "je vous l'avais ben dit qui yavait queque chose là-ddans!").

 - Et , " pour terminer" ( mais , " c'est pas fini !"...) , coût net , brutal, simple, froid , glacial , financier ( tout ce qu ' on veut comme qualificatifs...) : la guerre a coûté en " sous" : 800 tonnes d' or , soit le tiers des réserves de la France ( en plus des 1.340.000tués et des 300.000 Estropiés-mutilés-défigurés-détruits ...)

     

                         Global ( et froid)   : 1,340 million de tués .........800 tonnes d' or....

                         " Pour éviter le malheur !  pour ne plus le revivre ! Hélas "...

 

  Tous ces mauvais souvenirs, qui existent encore en 2010, faisaient mal, très mal,  aux gens, survivants  de 14-18, et qui étaient en charge de sauvegarder la Nation dès 1920. En effet, les militaires qui inspectaient et étudiaient les installations allemandes conquises  pouvaient aisément constater la puissance de la technique allemande ; il n’y a qu’à voir la gare "enterrée" de Peuvillers, qui alimentait Verdun, avec son lacis impressionnant de voies ferrées militaires (il subsiste les tracés, ou les remblais, ou des ponts, perdus dans  « la pampa »). Cette gare allemande de Peuvillers, raccrochée au réseau français de 1900, avec ses 800 mètres de long, 50 mètres de large, en tranchée de 4 à 5 mètres de profondeur, recouverte de filets de camouflage,    voyait, en 1916, passer   vingt trains par demi-journée, avec 20.000 coups de 150mm à 210mm. Ces coups, déchargés en gare, transbordés sur des lorrys sur voies de 60 cm, allaient approvisionner les pièces d’artillerie, ces mêmes pièces écrasant et volatilisant chaque jour 700  à 800 soldats français à Verdun !) .Il n’y a qu’à voir, entre le Bois des Caures et Flabas, encore presque intacte (encombrée de feuilles !) la tranchée d’attaque allemande, pour UN  bataillon d’infanterie (les Français n’avaient rien vu !) (C’est du pur Vauban). Comme très mauvais souvenirs, il y a également Vauquois, et ses trous et ses morts volatilisés. Il y a aussi les canons stratégiques, dits MAX, comme celui de Muzeray-Pillon, en 380 mm , ou bien les « tranchées confortables « des bois d’Apremont, Meuse ;etc, bois le Prêtre,etc,etc... .

 Il fallait, coûte que coûte, « ne plus revoir çà » ; il en allait de la survie de la France, en tant que peuple, en tant que gens, en tant que Nation. Il fallait ne plus retomber dans l’horreur, la souffrance, la mort  et le cataclysme ; il fallait donc se protéger et ne pas trop s’exposer : on n’  avait plus les moyens  de se battre contre un ennemi et voisin si fort et si entreprenant !

  Donc on se carapace pour économiser ses forces puisque, à Verdun , tout seuls, les Français, dans de vieux forts périmés, (périmés mais néanmoins un peu réactualisés en 1905-13) malgré de nombreux morts et la souffrance, ont réussi à arrêter, freiner et écraser une partie de l’armée allemande et à laminer son moral .Pour les Français, comme pour les Allemands, il y a « avant Verdun «  et « après Verdun » : les premiers , de faibles , passent à forts(« ») malgré 160.000 tués, tandis que les seconds commencent à douter de leur force et pire, d’eux-mêmes.

 

  Donc, à Verdun, les Français ont obtenu une victoire tactique défensive qui a laminé l’adversaire; en conséquence, on réédite un système qui a donné satisfaction ; on réajuste tout le système fortifié modèle Séré de Rivières, modernisé en 1905-1913, et on le réadapte aux exigences et armes nouvelles : ceci  entraine le système de fortification type Maginot, tel le premier fort, fort d’arrêt, fort d’artillerie, équipé à profusion (mais on inventait, on innovait !!...) : c’est le fort de Rochonvillers , qui barre la vallée de la Moselle et protège le bassin minier au nord de Fontoy-Audun le Roman-Crusnes.

 

    En fait, le premier fort construit date de 1929 et se trouve à 800 km de là, à Rimplas, pour battre l’ancienne frontière  italienne « de Cavour » de 1860, qui mettait Nice à « une portée de fusil » et à une journée de marche des  Italiens)./: barrage de la vallée de la Tinée, sous St Sauveur - Fressinea , de celle de Valdeblore-colmiane.

 ...... - Exellente doc sur Vaux, faisant ressortir que les Allemands ont vaincu, sans le faire exprés , par la soif, et non par les armes: Site" le fort de Vaux" , "lesfrançaisaverdun.1916.fr". Note/eau : dans " hopitaux militaires guerre1418.overblog.com" , est cité :" Médecin Florentin , fort du Camp des Romains- Saint Mihiel : " on profite de ces moments ( d' accalmie dans les tirs d' artillerie lourde allemande- 305mm) pour enterrer sommairement qques cadavres dans le fossé où ...j' avais fait creuser une fosse assez vaste.....Comme on manquait d' eau ordinaire , on se servait pour laver les plaies et faire les pansements du vin blanc du tonneau acheté par les officiers".

 

 -  Mais ....Mais; ce système de fortifications, merveilleux, en avance de quelques decennies sur son temps ( abris- blocs de combat anti guerre N.B.C plus qu'autres choses, voir Hochwald, Rochonvillers, etc réutilisés) , n'était-t'il pas un peu "hors du temps" ? fait et imaginé par des gens "d'une autre planète"? / COUTS ( l'argent étant le nerf de la guerre!) : par exemple ( et tout les forts ou blocs "anciens fronts" sont au même niveau financier) : Galgenberg, gardien en surplomb de la Moselle: 37 millions Francs 1930, pour une tourelle de 135mm, une tour Mt 2.81mm et 4.47mm ; Coume Village, le petit-ouvrage "assassiné et dépotoirisé": 12 millions de francs pour une Tourelle Mit et un 47mm! , Michelsberg : 56 millions de Frcs, pour :une TourMit, deux 47mm, une  Tour- Mrt 81mm,  une Tour L B 135mm , une Tour 2.75mmMod 33 soit pratiquement  10 millions  Fcs le poste de tir !  : çà fait cher , tout çà! çà fait jouet de riches; et comme dit Jacques Brel :

  " Faut pas jouer les riches ,

    Quand on n'a pas le sou...

    dans sa petite auto,

    et dans une autre ville"....        Mais , hélas , celà n'aurait pas empéché le déferlement méchant, trés méchant , des Allemands, trés remontés par une sorte de demi-dieu vivant, sorti  du fatras (les généraux et colonels allemands n'y étaient pas pour rien). ... Et , hélas , la conception est basée  - un peu- sur une idée fausse , à savoir l' attaque en masse , au coude à coude, sur huit rangs , comme au début de guerre , alors que les Allemands ont trés vite abandonné ce système, coûteux en vies humaines, sitôt le front stablisé ; abandon non systématique, puisqu ils fonctionnaient avec le système des Strosstrupen , mais , suivant l' opportunité , ils se remettaient à l ' attaque en masse sur un front non constitué, comme sur les arrières français ( ou anglais) durant l ' offensive Mikael.  ( à titre indicatif , la dernière ruée en masse s' est déroulée entre le canal des Ardennes et le Mont Dieu-Tannay fin Mai 40, contre les Français installés au " bois triangulaire", au Mont Dieu , Tannay ; les Allemands , ne pouvant avancer , ont été mis en rang, un régiment au coude à coude, et ont foncé sur du billard-prairies , à l' attaque de deux mitrailleuses ; le débit des deux armes étant inférieur aux tués-blessés, les positions françaises , qui bloquaient tout ,ont été enlevées ; voir "20 eme Dragons",MdL Avignon , GRDI .". Prisonniers , on est passé devant un mur de plus de deux mètres de haut et plus long que cinquante mètres constitué de cadavres d' Allemands empilés comme des bûches; entre, nous reconnaissions quelques uns des nôtres "...)( auparavant , la veille, il y avait eu une contre-attaque de chars B 1 Bis, sans infanterie,;  chars malmenés, et chahutés, et chassés , par une attaque en masse au 150 mm, artillerie lourde postée vers Sauville, Ouest du canal des Ardennes....De toutes façons , s'il y avait eu de l ' infanterie d' accompagnement, elle aurait été hachée en deux minutes !).

 

              _     Dans toutes ces dépenses exagérées , et folles,  la petite galerie de circulation, du fort du Chénois, (ou de celui de Vélosnes, condamné,) de 1,40 mètre de large, comparée aux 3 à 4 mètres de large des autres galeries des autres forts, fait minable, pauvre, mais économique:  36 millions de fcs (plus 4 à 5 pour le B 6/ Tour 2;75/1933, non construite) pour : 4 . 47mm et trois tourelles dont  quatre tubes de 75mm ( si B 6 monté!) soit moins de 6 millions de francs le poste de tir.  Même ferraillé -mais on s'en rend compte par les chicots des fers sur les murs- le fort du Chénois était "vide", comparé à la profusion de fourbis et outils, et choses diverses installées aux murs en escaliers, salles, soutes , M 1, M2, etc des forts de premiére génération: Voir galerie principale  du Chénois : 1,40 Mètre de large, pour laisser passer le petit train à munitions , à droite : trois à quatre cables électriques à 600 volts, petites attaches , à  gauche: un conduit à cables téléphonique ; point, c'est tout, et une loupiote tout les 50 métres, qui éclaire les petites  niches d'évitement - renfoncements à deux ou trois hommes ; pas cher! tout çà! c'est pour çà qu'il faut le montrer, ce fort, et ses entrailles..... Et les laisser à l'abandon, aprés les années 62, puis vendre aux Domaines, pour" quat-sous, "autre mauvaise solution...Heureusement qu'il y a des "sensibles- courageux" et  (du dimanche, ou de la semaine entière) qui s'en occupent un peu (ou beaucoup) . Re-mais : il n'y a pas ('encore !) de "Conservatoire de protection du patrimoine historique"; il y en a pour les grenouilles, pour les hulottes, pour les herbes folles, mais pas pour les soldats-citoyens qui se sont fait pulvériser, ou envoyer derrière les barbelés cinq ans durant/ rien , ou un coup de clairon et une gerbe une fois l'an .....; A quand, ce Conservatoire?.....

- Raison principale des hauteurs inconsidérées , et des largeurs des galeries " à petits trains" électriques : l' arc , l'arc éléctrique! Il fallait que la caténaire soit haute par rapport à la loco électrique pour éviter la formation d'un arc électrique entre le cable transporteur et la machine , et les lorrys ou trucks porteurs de diverses choses dont des casiers remplis de coups complets de 135mm ou de 75mm , ou des piétons qui allaient ou revenaient de leurs postes. ( d' où , au Chénois , installation de tracteurs électriques à batteries d'accumulateurs : pas cher tout çà )( témoignage du vieux monsieur ,Pol Peltier , qui fut observateur d' artillerie au B 4/Chénois:"il y avait quatre ou cinq petits tracteurs à batteries...."; point ( de toutes façons : zéro chicots à la voute de galerie et plafond trop bas; dans une niche de silo-ex puits de service, il reste le pare-choc d' un tracteur ...)

 

EVACUATION- RETRAITE de la Tête de Pont de Montmédy : calendrier, descriptifs et sorts des unités parfaitement décrits dans le site "ARDENISTOIR" - triste sort : tous prisonniers ; seuls quelques uns s'évaderont, tels le Capitaine AUBERT; le Lieutenant TAYOT, ingénieur des Mines , lieutenant- artilleur - observateur à P.O THONNELLE sera fait prisonnier dans les Vosges ; Mais : lMr TAYOT-père dixit; "j'ai évacué la nuit, sous l'orage; et j'avais remonté mon vélo, qui me servait à me déplacer dans les galeries de l'ouvrage, 400 mètres de galeries; de la rage, arrivé en haut, me prenant dans les barbelés, la nuit, j'ai jeté ma bécane dans les barbelés, avec mon outil convertisseur de grades en degrés, que j'avais étudié et fabriqué. Je suis resté prisonnier un peu plus d'un an...Et, chose bizarre , dans les malheurs de tout le monde, çà a été la période la plus heureuse de ma vie! Voilà pourquoi (propos receuillis chez lui , à St Julien, en 1985, par l'intermédiaire de son fils Daniel Tayot) : "Les Allemands ont demandé et ramassé tous les Officiers prisonniers ingénieurs dans le civil; comme je sortais des Mines , ils m'ont affecté de force ( on n'avait pas le choix, d'autant qu'en même temps, ils libéraient un autre prisonnier!) à Toulouse, à l'usine chimique OMNIA, qui traitait l'azote, et faisait des explosifs ( note  : A Z F c'est celle qui a pété soit disant toute seule en 2001 ; "toute seule", parait-il; no comment) ("rat qui fumait!,? c..de rat); donc, j'ai travaillé à cette usine sur les chaines d'explosifs, les Allemands s'étant copieusement servis sur la France, reduite en esclavage; dés que l'un de nous "éternuait trop fort" , la Gestapo le prenait et on ne le revoyait plus! Une nuit, les Anglais ont eu la bonne idée , en 1942, de venir et de tout aplatir, en particulier avec des bombes piégées,  à retardement ce qui fait que l'usine ne pouvait plus exister; je me suis retrouvé donc , tout seul, lieutenant en tenue ou en civil, ingénieur au "chomage forcé", à déambuler dans Toulouse et les environs; sauf quand ma femme venait , avec son ausweiss et son bon de transport par chemin de fer, pour une semaine par mois, venant des Ardennes; Lune de miel mensuelle, le plein bonheur, en pleine guerre, et alors que le monde était en plein malheur! Voilà ma vie d' Officier prisonnier; j'aurais pu avoir d'autres sorts".  Puis , fin Aout 1944, aprés le débarquement de Provence , les derniers Allemands, ou plutôt, des Ostlands, se sont enfuis vers Albi, Revel et le nord". (certaines bombes aériennes anglaises  étaient à retardement : les petites soeurs que celles jetées par les Allemands à Coventry ; politesse rendue ) 

Pour " évacuation de la TPM" voir , site Ardenistoir , et " les soldats du béton de Gérard Giulano- Terres Ardennaises, 1986.

 

 

Photos de « mauvais souvenirs » : château d’eau (il y en a trois) sur la gare enterrée de Peuvillers (« 1915, Pionner », inscrit dans béton) ;

Obus de 150 mm, échoué là, Bois des Caures , (ceintures en aluminium, signe de carence en matières premières !date de 1917) ;

Chapelle de Beaumont, village pulvérisé ;

Tranchées d’attaque à Flabas , Février 1916 ;

Butte de Vauquois, et ses 160 fourneaux de mines…

Canon long et lourd de 380 mm, de Muzeray-Pillon(il y en avait deux autres ,dont un à Sorel) .(et 18 en tout sur l’ensemble du front Nord-est).

 Fort de la Pompelle, ceinture de Reims, Séré de Rivières, construit en moellons maçonnés, non réactualisé en 1900-1910, siège de combats trés durs et de grands matraquages d'artillerie, sous " l'oeil" du mont Cornillet -Monts de Champagne, tenus par les Allemands durant toute la guerre. Important musée- de la ville de Reims- contenant 582 coiffes de l'armée impériale. RN 44 de Reims à Chalons en Champagne, sur le tracé de la voie romaine Reims-Durocortorum à Chalons - Durocatalaunum et  Bar le Duc et Corbeil -Corobilium, plein sud, et Arcis sur Aube-Artiaca.......( Histoire en vrac).

 

 N.B Catastrophe de Saint Jean de Maurienne ( aucun rapport avec la Ligne Maginot , mais grand rapport avec la guerre que l'on ne voulait , ne pouvait plus voir ) : la pire de 1914-18, ( avec deux ou trois autres ! hélas) - en rapport trés direct avec l'armée : Catastrophe de Saint Jean de Maurienne : trois divisions d'infanterie française avaient été envoyées en urgence sur le front italien , avec une division britannique , pour épauler , et surtout , endiguer la déroute italienne de Caporetto (dans laquelle s'est illustrée un certain Erwin Rommel , qui venait du Camp Moreau, -Argonne-Vienne le Chateau ) . Ces troupes , une fois l'hémorragie italienne estompée , retournent en France, en chemin de fer, par Modane. A Modane, la voie ferrée descend pas mal , et pour actionner , et freiner le train de wagons à bestiaux , ou marchandises, avec un régiment de fantassins , il faut deux machines à vapeur ; or , il y a un train de munitions qui monte vers l'Italie , auquel il manque une machine ; l' officier- régulateur prend donc la deuxiéme machine du train de fantassins pour l'ajouter au train de munitions montant. Le convoi de fantassins descend, la pente , avec un wagon sur cinq avec des freins , serre-freins dans la guérite "du frein"; le convoi freine, mais , sans la deuxiéme machine à vapeur, le train ne peut freiner suffisemment, ; il accélére , s'emballe, et dans une courbe raide, entre rocs et précipice , déraille à la vitesse de 100 km/H , et s'écrase ; les wagons se chevauchent , s'entremèlent ; dans chaque wagon, en bois, il y a un poèle à bois , pour chauffer un peu ( nous sommes le 12 décembre 1917 ) ; l'incendie se propage dans les wagons fracassés ; et comme chacun le sait, tout soldat qui revient d'opération a avec lui , qui un révolver, qui une grenade, qui un "presse-purée", qui un obus de mortier, avec ou sans fusée (vu plusieurs fois dans ma carriére!), ou un pétard de TNT ? ou autre !, en plus de l'arme et munitions; tout celà a pété pendant trois jours; on n'a relevé que 900 cadavres; beaucoup avaient été pulvérisés ou réduits en suie .  La catastrophe n'a été rendue publique que bien aprés la fin de la guerre.

  

 - Queques chiffres : " évolution des dépenses militaires par rapport au budget général , et au revenu national " :

                                            1930  :  27,9 budget               soit    6 % du revenu national.

                                             1932 / 25 % "                       soit    6 %        "

                                             1936    26,6  "                       soit    7,9 %      "                    " réarmement du Front Populaire" ,

                                             1938    35 % "                      soit     9,6 %      "                .         

                                                                                                                  " Annexe,page 23, " les programmes d' armement de 1919 à 1939," 

                                                                                                                   par le Contrôleur Général HOFF Pierre , 1982;

 

- Contemporains de la Ligne Maginot , mais "non-belliqueux" : le Golden Gate à San Francisco ....de nombreux immeubles parisens, genre haussmanniens, mais béton-briques , rue de la Roquette...et ailleurs, collège Karl Marx , à Villejuif, architecte : Lurçat - le même que les tapisseries ....Viaduc de la Caille, Savoie, oeuvre de Caquot Albert, architecte-ingénieur-aérostier-polytechnicien,etc...ETC et le Palais de Chaillot.( 1935)...Et , et, la "traction avant" , "la 11 CV" , la " citron" , la 11 cv Citroën, , la voiture idéale des gansters, et -hélas- de la Gestapo , et des jolies femmes, avec les portes avant qui s'ouvraient sur l'avant, attention aux courants- d'air , et courants d'yeux !....( 1934)...( " faut bien sourire , dans la vie!; et apprécier!").....

  - Vu " de loin" 70 ans après , la Ligne Maginot- système , parait un peu comme une hérésie ( et qu ' on accuse de tous les mots , et meaux , " faut bien un coupable !") ; mais ce système a prévalu et bien fonctionné : exemple : les deux lignes fortifiées allemandes qui barraient l ' Italie , " ventre mou de l ' Europe " ,( Winston Churchill dixit) - La Ligne Gustav a barré longtemps l ' accés à Rome - et cruellement- , batailles de Monte Cassino , du Garigliano , d' Ontero , puis la Ligne Ghothique - en Toscane , de la Spezia à Pesaro et de Viarregio à Rimini , avec ses tranchées " ses 2376 nids de M.G,et ses 479 blocs à canons , mortiers..." Wikipédia.., aout 44 ...  Ce qui était l ' hérésie, c ' était la monstruosité de certains ouvrages , la non répartition équilibrée des budgets (" les militaires et les sous ne sont jamais , ou peu , passés par la même porte; mais celà n' est pas réservé qu' aux militaires; le citoyen doit payer !") ( " et quand il peut plus ? qu ' est ce qui' s' passe ?"); et puis, la mauvaise utilisation de l ' outil , par " haute stratégie- anglo française", liée au blocus  ", blocus bis- repetitam", repetition de celui qui avait affamé les Empires centraux en 16-17-18 ( il ne faut pas oublier qu ' en 1918, les Allemands avaient beaucoup d' obus, mais certains Felgrau étaient en guenilles , et même, " bouffaient du chien"...) ( " c' est d' ailleurs bon, et trés sain ", avis personnel).

        - En fait , la Ligne Maginot , c ' était l ' espoir : de l ' accordéon , du pastagas, du tango et du bal musette ; en plus des congés payés ; mais en face, les pangermanistes ou leurs successeurs ne pensaient qu ' au Liebensraum, l ' espace vital pour la race des seigneurs! - "Tu vois , Hans , je me vois à la tête de 200 hectares de blé sur la terre de Bielorussie ", disait Hans assis sur la cuirasse d' un SDKFZ 251, poussiéreux ! qui roulait vers Minsk . Mais , mais , derrière eux, des " gens " arrivaient et brûlaient un village et les habitants avec, à raison de UN village russe tout les deux jours ! Remember Oradour sur Glane.! .....(" La 3 ",  2 mars 15).

 

  Mais , surtout ( et avant tout) , la Ligne Maginot , c' est l ' espoir de continuer à vivre face aux Anglo-Saxons : page 21 , dans HOFF "Programmes de réarmement entre 1919 et 1939 ": "les Américains tenaient ...à exporter, et..plûtot que voir notre industrie se relever trop rapidement "; ce qui fut la fin de la solidarité alliée, rupture consacrée lors de la réunion d' aout 1919 à Londres, du conseil économique interallié où B. BARUCH déclara... qu 'il fallait revenir à la liberté du commerce"......ce qui permettait la renaissance du commerce allemand " à laquelle Londres attachait un intérêt particulier...." ( la guerre est - surtout- partie de l ' expansion commerciale des Allemands au détriment des marchés britanniques, donc déplaisant aux Britanniques ; donc , les pious-pious sont allés se faire étriper à Maissin et ailleurs , pour la City , en gros , " à la hache" !.)...

 

   Illustration locale du " P'tit Chénois" , concernant ce que les gens pensaient en 1939-1940 , fournie par un généreux donateur.....( et celà devait être l ' idée générale en France et Grande Bretagne ) ( don à perso, affecté au Cercle du Fort du Chénois) Dessin à la plume , puis ronéo , à l ' alcool...! journal " le petit Chénois" , réalisé dans le fort, imprimé   " pour tuer le temps", et distribué dans la TPM, par" la charrette - ou carriole- du porteur " de la bouffe" quotidienne , préparation des plats au batiment de service de Montlibert , Signy-Montlibert-Ardennes , aujourd ' hui détruit ( 2009) ; la " bouffe" étaient portée aux casematiers , casemates dépourvues de cuisine- pas de place- pas prévu- rien que des vivres secs en stock-

.

     Ce dessin- caricature représente Hitler , en caleçon, qui réclame le chandail à Goering " pour couvrir son fürher"; les deux grelottent " par effets du blocus" ; le haut-commandement" et les Anglais , attendent , tout bonnement , derrière la Ligne Maginot , que l' Allemagne , crevant de faim , manifeste et renvoie " le clown" , Churchil dixit ; mais le clown Hitler , aidé de ses généraux , et ...de beaucoup d' autres, en ont décidé autrement.....                                                    - Mais , hélas, cette petite gravure de soldats luttant contre l ' ennui d' une fortification , "la bétonite", est à rapprocher , fin décembre 1936 , de " dires" ou de prises de positions, devant les mouvements du Front Populaire , divers, qui avaient entrainé " divers " milieux en France , à se jeter " de l ' autre côté"  , et s' exclamer : " Plutôt Hitler que le Front Populaire" !......La dissension était née dans la République et la France ; l ' ennemi en a profité , et , comme on n ' attaque que ceux qui ont de l ' argent , et les faibles , la France a  été attaquée , et a failli mourir pendant quatre ans.....Où était la solution ?.

         Hitler et Goering - Blocus      - Photo-gravure protégée ;merci d' y penser.. Même s' il n ' y a pas de bandeau dessus , en travers ,avec un hindernis, "strink verboten , sie müssen betzalt 80 euros für geseing" ( enchuldigung, ich habe Deutsch gelearnt auf dem strassen.)..    

 

-  ...A quoi peut-on faire "ressembler" la Ligne Maginot ? - " au Laffly" , le 6 x6 , ou le 4 x 4  de 1934 - 1935 : machines magnifiques, technologie splendide, six roues, trés tout terrains, toutes idépendantes grâce à des engrenages, des planétaires, des arbres , des demi-arbres ...des renvois,. Rien ne dépasse de sous le chassis , véhicule bas, qui passe partout, chaque roue tourne en fonction de ce sur quoi elle repose !.....Et un petit moteur , avec un petit réservoir à charge, 20 litres au dessus du moteur, peu de CV ; pas vite , pour trainer un petit canon  de  25MM1924 et l' équipe ( et sans radio ) ; prix exhorbitant , du fait des engrenages, fragile, pas rustique ; et jusqu ' à 7 à 8 manettes ou leviers sur l' énorme B.V ! ( "mais rien ne dépassait de sous le chassis ! ") ; ( et l ' EBR, même technologie, même époque de projet : 1938, mêmes brevets anglais, mêmes engrenages,  mêmes délires de renvois d' angle ,etc, et les pannes- mais quand même , c' était une belle carriole, qui filait le 100, et tirait bien, et rapide..Et les pointes d' obus, cartouches 75 mm à l ' envers dans leurs deux rateliers , en tôle, les deux ' arbres- moteur passant derrière la tôle!...Aïe aÎE AÏE , la peur.) ; en antithése : le Dodge WC 52 ou 51 , 6 x6 , 4x4 , tape-cul, rustique, pas cher, 15 litres au 100, ; et si çà ne passe pas , il y un treuil, même si des ponts accrochent le sol !....Pensées des militaires....qui ne sont pas des civils, et qui ne voient " que la chose" , sans penser à ce qu ' elle coûte.......   Mais le V 15 et son frère ont vraiment une belle gueule ! quand même .      

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×