Soldat WEBER et Mme GERARD.

Soldat WEBER et Madame GERARD;

- " Mon père est né en 1900 à Auflance .Il y travaillait et y était marié . A la mobilisation , en 1939 , bien qu ètant réserviste de deuxième ban , ayant près de 40 ans , il a été re- mobilisé. Il a été affecté tout de suite au petit ouvrage de Villy la Ferté, comme grand nombre de " frontaliers" ( soldats qui habitaientt prés de la frontière , donc mobilisables dans les  premières heures, afin de garnir les ouvrages de la Ligne Maginot et les Régiments d' Infanterie de Forteresse ; tout de suite !) ). Comme il avait le permis de conduire depuis longtemps et que s' était un homme posé , il servait quasiment tout le temps de chauffeur au chef d' ouvrage ; et à ce titre il conduisait en particulier le Lieutenant BOURGUIGNON dans ses tournées , dont au Fort d' artillerie du Chénois , communes de Signy-Montlibert et de Thonne le Thil.

Il rentrait au volant de son véhicule de liaison par la porte Munitions du B 7 et roulait jusqu'au fond ; et la porte cuirassée verticale se refermait automatiquement derrière lui . Quelquefois , on restait dehors car le hangar intérieur du Bloc B 7 était plein de camions en déchargement , qui ressortaient tout de suite sitôt vidés , remplacés par d' autres qui attendaient sur la route stratègique qui venait du Bois du Belloy et de Bièvres .Il ' accompagnait  également le Lieutenant Bourguignon quand ce dernier descendait dans les galeries du fort du Chénois , pour aller au Poste de Commandement d' Ouvrage, situé au centre du fort , à une quarantaine de mètres de profondeur et à un km des Entrées situées dans les bois de Sourcillon-Fontaine  .Il  régnait dans le fort un grosse humidité, bien qu ' il y ait du chauffage électrique , avec de gros radiateurs en fonte cylindriques , et les galeries étaient bruyantes avec les waggonets tirés par un petit tracteur électrique ; ces waggonets charriaent des casiers à munitions métalliques , ainsi que des caisses en bois , couleur bleues-noires, de cartouches d'obus de 75mm; car on approvisionnait au maximum de capacité les soutes d' artillerie.. Quand il passait du fort de Villy à celui du Chénois , il trouvait ce dernier immense, et celui de Villy minuscule ,; il est vrai que l ' un posséde une trés grande galerie plus d' un Km et l ' autre , une galerie de 230 mètres de long. C' étaient les cuisines et la ressere à vivres et les chambres froides qui l ' impressionnaient le plus....Il y avait à poste quatre ou cinq cuisiniers qui se déménaient toute la journée  en ces lieux , et les soldats " mangeaient tout le temps " sur les tablettes accrochées à la paroi de la galerie, sauf quand le petit train de munitions passait ... Et il partait souvent avec le chef d' ouvrage , le Capitaine AUBERT, dans son véhicule de liaison. ( ......en fait , les soldats mangeaient par équipes et par roulement ; et la galerie , étroite , devait vite être pleine avec une équipe d' une cinquantaine de bonhommes , et puis, la cuisine d' un gros ouvrage n ' était pas celle d' un petit ouvrage, tant aux points de vues locaux , resserres, réfrigérateurs, que qualité des plats ; dans un gros ouvrage , il y avait des " menus" , voir "le p'tit Chénois, journal ; dans un P.O, il y a le minimum ; et dans une casemate , il n' y a RIEN , que les norvégiennes apportées par la carriole tirée par un cheval, et venant des cuisines de Montlibert,  voir témoignage de Mr Maurice Mathieu, Sergent").

Puis, ma mère , qui était enceinte, me mit au monde en Février 1940 ; et à ce titre , le Lieutenant Bourguignon octroya une permission de paternité à mon père , qui vint à la maison pour quelques jours ,vers les 14 - 15 Mai 1940 ; c ' est à ce moment là qu' eu lieu l ' attaque de la Ferté , et sans la présence de  mon père , permissionnaire !

 Et c ' est donc , grâce à moi , et à ma naissance, et à la permission de naissance, que mon père est resté en vie .

 

Si ma mère n' avait pas accouché  , et si "le tour de permission, pour paternité ou autres" n ' était pas tombé dans cette période, il serait mort dans le fort comme les autres ! C ' est ma naissance qui a sauvé la vie à mon père! "   Propos receuillis auprés de Madame GERARD,, SIGNY-MONTLIBERT , ce Mercredi 3 Juin 2015.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×